• Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une ferme

     Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeUn article extrait du site Liberté-Le-Bonhomme libre du 6 octobre 2016 : http://www.libertebonhomme.fr/2016/10/06/pres-de-caen-15-maisons-vont-voir-le-jour-a-la-place-d-une-ferme-a-ifs/

    « Ifs Près de Caen. 15 maisons vont voir le jour à la place d'une ferme à Ifs

         Un projet immobilier de 15 maisons individuelles va voir le jour à la place de la ferme Schils, dans le bourg d'Ifs, au sud de Caen. La commercialisation va débuter en novembre.

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une ferme Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une ferme Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une ferme

    L'une des images de synthèse du projet Patio dans le bourg d'Ifs, au sud de Caen.

          Le projet immobilier nommé « Le Patio » va voir le jour au 49, boulevard Alsace Lorraine, dans Ifs bourg, à la place de la ferme Schils.

    Commercialisées à partir de novembre 2016

         C’est la société d’immobilier résidentiel Foncim qui s’apprête à commercialiser ce projet de 15 maisons de ville à partir du mois de novembre 2016. Ces maisons individuelles T4 feront entre 75 et 79 m2 sur deux étages.

    Le prix de vente de ces maisons devrait osciller entre 200.000 et 230.000 euros. Le début des travaux devrait intervenir au printemps 2017. » LLBL par gregorymaucorps

    ----------------------------------------------------------------------------------

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeUn article et une photo extraits du site Ouest-France du 7 octobre 2016 : http://www.ouest-france.fr/normandie/ifs-14123/le-projet-immobilier-le-patio-prevoit-15-nouvelles-maisons-4545395

    « Le projet immobilier Le Patio prévoit 15 nouvelles maisons

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeQuinze maisons de ville vont être construites sur le terrain situé 49, boulevard Alsace-Lorraine, anciennement «ferme Schils».

          Mercredi, la Ville d'Ifs et la société immobilière Foncim ont présenté aux riverains du terrain, situé au 49, boulevard Alsace-Lorraine et d'une superficie de 3 000 m2, anciennement « ferme Schils », le projet de construction de 15 maisons de ville groupées. La pré-commercialisation démarre le mois prochain, tandis que la livraison de l'ensemble est prévue pour début 2018. La démolition du bâtiment agricole devrait débuter avant la fin de l'année.

    Un projet qui s'intègre à l'environnement du quartier

    « Le projet a été travaillé avec les élus de la commune, en tenant compte de leurs attentes, pour être en adéquation avec l'environnement immédiat du quartier. C'est pourquoi nous avons opté pour un programme de maisons individuelles », explique Vincent Clous, directeur du service promotion immobilière chez Foncim. Toutes les maisons seront identiques. Des T4 de plain-pied, avec un étage et un toit terrasse doté de panneaux photovoltaïques. « Pour s'intégrer à l'échelle du quartier, la hauteur maximum des habitations ne dépassera pas les six mètres. Il n'y aura pas d'ouverture sur les pignons pour préserver l'intimité des résidents, comme celle des riverains », précise Apolline Haupais, de l'agence 2A et architecte du programme immobilier, et démontre que « tout a été calculé pour que l'impact des ombres portées sur les maisons avoisinantes soit faible et limité ».

    Des maisons clefs en main

    L'entrée s'effectuera toujours par le boulevard Alsace-Lorraine, mais la voirie sera privée. Les maisons, jumelées par bloc de deux ou trois, seront construites en respectant la réglementation thermique 2012 et accessibles aux personnes à mobilité réduite.

    Elles seront composées de volumes simples et épurés, « et couvertes d'enduit gris clair et soutenu, pour rester dans les teintes locales », souligne Apolline Haupais. Chaque maison disposera d'une surface habitable de 77 m2, avec un séjour ouvert sur une cuisine au rez-de-chaussée, une salle de bains et trois chambres à l'étage, d'un jardin de 60 à 90 m2, et d'un garage. Un parking de 34 places sera réservé aux propriétaires. Les maisons seront livrées clefs en main. « Foncim s'occupe également de la clôture, la voirie, les espaces verts et l'engazonnement, pour avoir une uniformité de l'ensemble », indique Vincent Clous. » OF

    -----------------------------------------------------------------------------------

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeUn article et une photo extraits du site Ouest-France du 7 octobre 2016 : http://www.ouest-france.fr/normandie/ifs-14123/les-riverains-cela-ne-devenait-plus-possible-4545394

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une ferme« Les riverains : « Cela ne devenait plus possible ! »

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeUrban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeUrban'IFS : 15 maisons à la place d'une ferme

    Dans l'ensemble, les riverains apprécient le projet. | 

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeDepuis longtemps, nous subissons les inconvénients de cette ferme qui laisse à désirer au niveau de l'hygiène. Nous sommes envahis de mouches. On en a tué encore 50, rien qu'aujourd'hui ! Jusqu'à 170 par jour cet été, mais on a arrêté de compter !

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeLes odeurs étaient également particulièrement incommodantes, et on ne parle pas des remorques de fumier. Cela ne devenait plus possible ! Sans parler des vaches qui avaient de la boue jusqu'aux mamelles. Même nos petits-enfants ont été choqués de voir un tel spectacle. » OF

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une fermeUn article extrait du site Ouest-France du 8 octobre 2016 : http://www.ouest-france.fr/normandie/ifs-14123/projet-le-patio-reaction-de-m-schils-4547523

    Urban'IFS : 15 maisons à la place d'une ferme« Projet Le Patio : réaction de M. Schils

        Jean-Sébastien Schils, 27 ans, salarié agricole et fils de Jean-Paul Schils, propriétaire de la ferme familiale, déplore les commentaires des riverains envers leur exploitation, sur laquelle vont être construites 15 maisons (lire Ouest-France 7 octobre).

         « Cette exploitation agricole est dans la famille depuis un demi-siècle, j'y travaille tous les jours. C'est triste que les gens ne pensent qu'à y compter les mouches, déplore-t-il. Des bennes de fumier, oui, on en sort. Mais pas tous les jours, et pas toute l'année non plus. » OF

    « Projets d'IFS à la "rentrée" 2016 Edil'IFS : Raymond Slama »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :