• Accueil« Ifs - Commune située au sud de Caen, au milieu de la plaine, et à droite de la route de Falaise. L'église, qui mérite d'être visitée, appartient à plusieurs époques. La nef, où l'on remarque une porte latérale semi-circulaire, â voussures mul­tiples, est romane. La tour présente le même style jusqu'à la moitié de sa hauteur ; le reste est dans le style ogival et date probablement du XIIIe siècle. Cette tour élégante et svelte offre un beau type que l'on rencontre dans plusieurs paroisses du diocèse. Le chœur a été construit vers le même temps que la partie supérieure de la tour. On y a fait dans ces dernières années des restaurations importantes et bien entendues.

    Accueil

    Au nord-est de la commune d'Ifs se trouve le hameau de Bras, où il y avait anciennement une chapelle et un fief. On sait que ce fief fut possédé, au XVIe siècle, par Charles de Bourgueville, qui en prit le nom de Monsieur de Bras, sous lequel il est encore si connu. Suivant l'abbé De La Rue, les moines de Saint-Étienne de Caen en étaient seigneurs. Mais, pendant les guerres de religion, on vendit plusieurs portions des biens des évêques et des abbayes, malgré le clergé qui, dans la suite, obtint des lettres-patentes pour rentrer dans ses biens en remboursant les acquéreurs. Les anciens bâti­ments qui menaçaient ruine ont: été reconstruits vers 1820. Il n'en reste plus aujourd'hui qu'une tour carrée d'escalier, et une porte d'entrée au-dessus de laquelle sont encore les armoiries de M de Bras, qui portait palé d'or et d'azur de six pièces, au chef de gueules à trois fermoirs d'or. On les voit aussi sur la cheminée de la cuisine ; mais cet écusson apparte­nait autrefois à la cheminée de l'étage supérieur, et en repla­çant la pierre où il est sculpté, on a mis le haut en bas. »

    Accueil

    Ci-dessus, photo des armoiries du sieur de Bras à Bras (photo de Giloudifs).

    "Caen, son histoire, ses monuments, son commerce et ses environs, guide du Touriste" par G-S. Trébutien - éditions se succédant de 1847 à 1880


    votre commentaire
  •  Destruct'IFS : l'inondation de 1779 et l'incendie de 1787« Le 17 Avril, vers les 2 heures après-midi, le village d'Ifs, distant d'une lieue de la ville de  Caen, fut inondé par un orage accompagné d'éclairs, de tonnerre et d'une grêle très-forte ; les torrents d'eau entraînèrent plusieurs maisons ; et si, par le travail le plus prompt, les habitants n'avaient pas détourné le cours de ces eaux, presque tout le village en aurait été couvert. La perte des bestiaux submergés dans leurs étables a causé un dommage considérable à cette paroisse, remise à peine des désastres d'un incendie qu'elle avait éprouvé il y a 10 ans. »

    Journal politique ou Gazette des Gazettes, année 1779, juin première quinzaine

    Accueil  Extrait des Affiches de la Basse-Normandie, du 16 septembre 1787 :

    « Il y a environ 20 ans, que la plus grande partie de la paroisse d'Ifs fut réduite en cendres, et les habitants à la misère, parce qu'on avait jeté des cen­dres mal teintes sur un fumier.

    Le jeudi, 6 de ce mois le même village a encore été exposé à une nouvelle destruction. Le feu prit dans une che­minée et le danger était d'autant plus grand que les puits y sont très profonds, la plupart taris par la sécheresse, les granges pleines. Le souvenir de leur malheur passé rendait les habitants plus sensibles à celui qui les menaçait, déjà une partie enlevaient leurs meubles qu'ils portaient dans les jardins voisins. Les secours multipliés qui arrivèrent à propos firent cesser la cause de leur épouvante. Un homme, bienfaiteur par caractère et par état, envoya les ou­vriers qu'il put trouver, ramoner à ses frais toutes les cheminées. Il est bien à souhaiter que cet exemple attire l'attention des citoyens sur le péril qu'ils courent, et surtout les habitants de la cam­pagne, où les maisons sont plus combus­tibles, la négligence plus grande, les secours moins abondants et plus mal dirigés. »

    Trouvé dans "A travers le Passé du Calvados, glanes, traditions, souvenirs" par G. Lesage


    votre commentaire
  • Accueil"Ifs, Icium, Itium, Iz,Is, Izium, Icius, commune située au sud de la ville de Caen, dans une plaine entièrement découverte, se voit de loin, soit que l'on parcoure la route de Falaise ou celle de Condé.

    L'église mérite d'être remarquée. La nef , romane, présente du côté du sud une porte latérale semi-circulaire à voussures multiples et en saillie, surmontée d'un couronnement ou fronton triangulaire annonçant qu'un porche protégeait primitivement de son toît cette entrée qui était la principale de l'église.

    Accueil

    La première face de l'archivolte ou voussoir extérieur est chargée de têtes plates ; elles ont été recouvertes d'un enduit de mortier qu'il serait facile d'enlever avec un peu de précaution. L'un des autres voussoirs porte des frettes crénelées (voir pour ce terme d'architecture et pour les autres , la partie de mon cours d'antiquités, ou mon histoire sommaire de l'architecture au moyen-âge).

    Accueil

    A l'ouest, existe une autre porte romane qui n'offre rien de remarquable.

    La tour latérale , au sud , est aussi de ce style jusqu'à la moitié de sa hauteur ; on y voit des arcatures, mais la partie supérieure appartient au style ogival et date probablement du XIIIe. siècle ; les fenêtres annoncent cette époque, on voit encore des modillons sous la corniche. Cette tour élégante et svelte offre un beau type que nous retrouverons dans plusieurs cantons du Calvados.

    Le chœur a été construit vers le même temps que la partie supérieure de la tour ; mais on y a percé depuis des fenêtres qui ne m'ont pas paru antérieures au XVe. ou au XVIe. siècle.

    Un bas-côté moderne est accolé à la nef, au nord ; les fonts baptismaux doivent dater du XIIIe. siècle.

    Accueil

    Sur la commune d'Ifs, au nord-est de l'église, se trouve le hameau de Bras, où il y avait une chapelle (De Bourgueville sieur de Bras, l'auteur de l'histoire de Caen, possédait le fief de Bras au XVIe siècle). 

    Tombeaux. On a découvert dernièrement à peu de distance de ce village , entre les maisons qui le composent et la route de Falaise, et au-dessous de la route dite du bac d'Athis, trois tombeaux en pierre de Quilly, longs d'environ 6 pieds, plus larges à l'une de leurs extrémités qu'à l'autre, dans lesquels plusieurs morts avaient été inhumés et superposés les uns aux autres ; ces corps étaient presque complètement détruits ; on remarquait seulement des têtes et des fémurs.

    Les cercueils étaient couverts de grandes pierres plates juxtaposées et percés latéralement vers le fond d'un trou pour l'écoulement des eaux qui pouvaient y pénétrer. Ils étaient rangés de manière que la tête était vers l'ouest et les pieds à l'est.

    On avait précédemment découvert de pareils cercueils dans le même champ, et l'on croit que plusieurs autres pourraient être trouvés, si l'on y faisait des fouilles.

    Le patronage de l'église d'Ifs et celui de la chapelle de Bras appartenaient à l'abbaye de St.-Etienne de Caen, ainsi que la totalité des dixmes, à l'exception d'un trait qui était dévolu à celle de Fontenay (Cette possession lui confirmée à l'abbaye de St.-Etienne par l'archevêque de Rouen, en 1170, et par l'évêque de Bayeux en 1172).

    Il existe dans la commune d'Ifs deux ou trois maisons du XVIe. siècle.

    (Statistique monumentale du Calvados par A. de Caumont [1801-1872] Tome 1, arrondissement de Caen, 1846, pages 56-58)

    Accueil


    votre commentaire
  • AccueilSelon René Lepelley, dans son "Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie" (Charles Corlet & Presses Universitaires de Caen, 1993) le nom d'Ifs semble emprunté au nom de personne gaulois Iccius : "le domaine d'Iccius".

    Et le même auteur précise dans son livre "Noms de lieux de Normandie" (Editions Bonneton, 1999) :

    « …Mais l'if est un arbre qui tend des pièges aux toponymistes. En effet, s'il existe bien deux com­munes qui semblent porter son nom, ce n'est qu'un leurre dû aux évolutions de la prononciation et aux fantaisies de la gra­phie. Comme aujourd'hui dans le mot clef, on ne faisait pas entendre autrefois le [f] final. Aussi Ifs (14) et Les Ifs (76) pou­vaient-ils être confondus avec d'autres mots en [i]. Effectivement, les formes anciennes de ces toponymes nous montrent que le premier est un dérivé du nom de personne de type latin Iccius, d'où « la propriété d'Iccius », tandis que le second serait dû à la déformation de l'ancien français eveïs ou eaveïs « lieu où il y a de l'eau », « marécage », hérité du latin tardif aquaticum, lui-même dérivé de aqua « eau », dont un autre dérivé est le français évier. De même les formes anciennes montrent que Saint-Pierre-des-Ifs, (27) fait référence aux eaux et non pas aux ifs. En revanche, comme il n'y a aucune île à proximité de la localité dite Les Isles-Bardel (14) et bien que l'Orne ne passe pas loin de là, on peut penser que le mot isles est ici une déformation du mot ifs. Bardel étant le nom du pro­priétaire des arbres en question. D'autre part, on retrouve bien le nom de l'arbre dans des toponymes de présence, tels que Livet (27), Livaie (61), Notre-Dame-de-Livaye (14) et Notre­Dame-de-Livoye (50). Enfin, les petits ifs sont présents dans Les Yveteaux (61)."

    Ifs est désignée dans d'anciens titres sous le nom d'Ifs-les-Allemagnes.

    En dehors de Ifs, il existe dans le Calvados les communes de Condé-sur-Ifs, née de la fusion en 1844 de Condé-sur-Laizon et d’Ifs-sur-Laizon, de Saint-Pierre-Azif et de Saint-Pierre-des-Ifs.
    Dans l’Eure, on peut trouver un autre Saint-Pierre-des-Ifs et en Seine-Maritime, il y a Les Ifs et Tourville-les-Ifs. La commune de Boulay-les-Ifs se trouve en Mayenne et celle de Saint-Brieux-des-Iffs, en Ille-et-Vilaine.

    Il n’existe pas de club des villes françaises comportant trois lettres. S’il existait Ifs pourrait y adhérer comme Aix, Apt, Ars, Die, Èze, Gap, etc…

    En faisant des recherches sur le web, je me suis aperçu que « IFS », acronyme, pouvait avoir de multiples significations :

    En informatique :

    - Industrial and Financial Systems, tel est le nom d'un acteur majeur dans le domaine des Progiciels de Gestion Intégrée (ERP)

    - $IFS (Internal Field Separator) : variable de shell

    - Internet File System dans Common Internet File System ou dans Oracle Internet File System

    - Installable File System, sous OS/2 et Windows NT, API pour reconnaître et charger les pilotes d'un système de fichiers

    …et dans d’autres domaines :

    - Indian Forest Service

    - Internal family systems en psychothérapie

    - Introductory Flight Screening en aéronautique

    - Irish Free State (État libre d'Irlande)

    - International Financial Statistics, base de données utilisée par le Fonds monétaire international.

    - Iterated Function System (Système de fonctions itérées), en mathématiques

    - International Food Standard, référentiel d'audit de qualité et sécurité des aliments, imposé aux producteurs par les distributeurs.

    Je vous laisse libre d’éclaircir vous-même certains de ces termes…

    (Sources Wikipédia)


    votre commentaire