• Forest'IFS : un diagnostic pour la forêt d'Ifs

     Un article extrait du site actu.fr du 26 Juin 2021 sur https://actu.fr/normandie/ifs_14341/foret-d-ifs-bientot-un-diagnostic-pour-devenir-une-foret-de-plaisance_42931713.html

     

    Forêt d'Ifs : bientôt un diagnostic pour devenir une forêt de plaisance

         Un diagnostic va être opéré cet été dans deux parcelles de la forêt d'Ifs. À terme, l'objectif est de devenir une forêt de plaisance, d'ici 30 à 50 ans.

     

     

     

     

    Michel Geslot, agent communal dédié à la forêt, Alexandra Couvry, encadrante à Ifs pour Caen la Mer, Jean-François Gautier, gestionnaire de forêt Caen La Mer, et Yann Druet, maire-adjoint à Ifs, composent le groupe en charge du diagnostic de la forêt. (©Liberté le bonhomme libre)

     

         Cet été, près de Caen (Calvados), des agents de la ville d’Ifs et de Caen la Mer procéderont au diagnostic et au marquage d’arbres sur deux parcelles de la forêt d’Ifs.

     

    Passer d’une forêt de coupe à une forêt de plaisance d’ici 30 à 50 ans

     

         Ils rendront un rapport d’expertise fin septembre avec l’objectif de passer d’une forêt de coupe à une forêt de plaisance, d’ici 30 à 50 ans.

     

         La forêt a été plantée il y a 32 ans avec une belle diversité d'essences mais à la manière de l'époque : aligner pour faciliter les coupes et obtenir le plus de bois possible. Aujourd'hui, les arbres, trop serrés, poussent en hauteur et ne laissent passer ni assez de lumière ni assez de pluie vers le sol. Cette canopée trop dense limite l'amplitude thermique indispensable au développement du sous-bois et de sa biodiversité.

    Yann Druet, maire adjoint et ingénieur en génie rural

     

    40 000 arbres

     

         La forêt comptant 40 000 arbres d’une quinzaine d’essences différentes, le groupe d’experts s’est limité à deux parcelles de mélèzes et de hêtres pour commencer son travail cet été. Après un comptage et un diagnostic sanitaire et biologique des parcelles, ils marqueront les arbres, notamment ceux à préserver pour leur intérêt biologique, faunistique ou floristique

     

         « Dans une forêt en bonne santé, il y a de la vie à tous les étages, jusqu’en sous-sol », reprend Yann Druet. « Lorsqu’on coupe pour éclaircir, on laisse les branches se décomposer et nourrir le sol. Plus le système est complexe, plus il vit. Mais attention : le temps de l’homme n’est pas celui de la forêt : obtenir une forêt de plaisance est une stratégie à 30 voire à 50 ans. Même si nous pouvons dès aujourd’hui attribuer des noms aux allées de la forêt, organiser des concerts de musique buissonnière au milieu des arbres…

         J’ai plein d’idées ! » Actu.fr

    « Environnemental'IFS : une haie bordièreLa nouvelle prison d'Ifs »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :