• Enumérat'IFS : la richesse d'une abbaye

    Enumérat'IFS : la richesse d'une abbayeEnumérat'IFS : la richesse d'une abbayeEnumérat'IFS : la richesse d'une abbayeEnumérat'IFS : la richesse d'une abbayeEnumérat'IFS : la richesse d'une abbaye

        L'abbaye aux Hommes de Caen en 1684 - Archives Départementales du Calvados

        L'abbaye aux Hommes est une des deux grandes abbayes de Caen, avec l'abbaye aux Dames, fondées par Guillaume le Conquérant et son épouse Mathilde de Flandres. Elle est dédicacée le 13 septembre 1077. « Ensuite, Guillaume le Conquérant enrichit ce monastère de domaines, d'argent, d'or et de divers ornements ; il le fit construire à petits frais, d'une grandeur et d'une beauté abordable, et peu digne du bienheureux martyr Étienne, par les reliques duquel il devait être honoré et auquel il devait être consacré. » (Guillaume de Poitiers)

         L'abbaye reçoit de son fondateur et de ses successeurs des biens considérables qui en font l'un des principaux propriétaires fonciers de Normandie, dont les villages d'Ifs et de Bras pour ce qui nous intéresse ici.

          L'abbé Gervais de la Rue (1751-1835), dans ses Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement (1820 ; vol.1, p.353) signale que « ...dans le XIe siècle le duc Guillaume en donnant Allemagne [actuel Fleury-sur-Orne] à son abbaye de St-Etienne de Caen, dit qu'il la lui donne avec ses dépendances ( cum appenditiis ), et son fils Henri Ier les explique dans sa charte de confirmation, en disant qu'Etavaux ( Stavellœ ), Ifs ( Itium ), Bras, ( Bracium ) , Hubert-Folie (Fouberti-Folia) et Bourguébus (Burgisbud ), étaient des dépendances de cette paroisse.»

    Enumérat'IFS : richesse d'une abbaye Enumérat'IFS : richesse d'une abbaye Enumérat'IFS : richesse d'une abbaye

    L'abbaye aux Hommes ; photos Giloudifs

           Dans son « Dictionnaire topographique de la France. Dictionnaire topographique du département du Calvados : comprenant les noms de lieu anciens et modernes » [Éditeur : Impr. nationale (Paris) 1883] Célestin Hippeau (1803-1883) fait l'inventaire des biens de l'abbaye aux Hommes de Caen. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2064144/f311.image.r=Ifs.langFR

          « Saint-Étienne de Caen ou Abbaye aux Hommes, de l'ordre de Saint-Benoît. Regalis abbatia Sancti Stephani Cadomensis, fondée en 1066 par Guillaume le Conquérant, occupée aujourd'hui par le lycée.

         Saint-Estiene, v. 1150 (Wace, roman de Rou, v. 201 ). Saint Estiemble, 1291 (ch. de l'abb. de Saint-Étienne).

          L'abbaye avait haute justice s'étendant à Saint-Nicolas de Caen, Allemagne [aujourd'hui Fleury-sur-Orne], la Folie, Cheux, Ifs, Norrey et Bras. Elle possédait au diocèse de Bayeux le patronage des églises et des chapelles suivantes église Saint-Nicolas de Caen ; les chapelles de Saint-Michel et de Saint-Jacques de Brucourt, de Saint-Michel de Vaucelles ; églises de Saint-Martin d'Allemagne, de Saint-André d'Ifs et chapelle de Bras ; chapelle de la maladrerie du Nombril-Dieu église de Saint-Germain de Bretteville-l'Orgueilleuse avec la chapelle de Saint-Germain de Putot ; églises de Saint-Samson d'Aunay, de Sainte-Marie de Torteval, de Saint-Pierre de Foulogne, de Saint-Vigor de Cheux ; chapelles de Saint-Martin de Cheux, de Notre-Dame de L'Ortial, de Notre-Dame et de Saint-Laurent de Sept-Vents ; Notre-Dame de Hubert-Folie, Saint-Martin de Garcelles, Notre-Dame du Buisson ; chapelles de Saint-Ouen de Villers, de Saint-Michel de Cabourg, de Notre-Dame de Biéville de Saint-Sulpice de Secquevilie, de Notre-Dame de Loucelles, de Saint-Germain de Bucéels, de Saint-Maclou de Mouen, les quatre chapelles de Notre-Dame d'Halbout. L'abbaye avait de plus le patronage d'églises et de chapelles appartenant aux diocèses d'Avranches, de Séez et de Coutances.

         Les propriétés de l'abbaye provenant des dons faits par les rois d'Angleterre, ducs de Normandie, et les seigneurs normands étaient :

          1. Dans la vicomté de Caen le Bourg-l'Abbé, les moulins de Saint-Ouen de Villers, de la Crapaudière ou de Venoix, le fief de Brucourt dans la paroisse de Saint-Ouen ; les moulins de Montaigu des vavassories et tènements dans la paroisse de Saint-Germain-de-la-Blanche-Herbe et le hameau de Franqueville Luc-sur-Mer, la ville et seigneurie de Cheux, s'étendant aux paroisses de Mouen, Mondrainville etc. ; la ville et seigneurie de Rots, Norrey et Bretteville-l'Orgueilleuse ; la terre et seigneurie de Rucqueville, le fief l'Abbé en la paroisse de Cully, le fief Brucourt-Perducas dans la paroisse de Hubert-Folie, les villages d'Allemagne et d'Ifs, les villages de Moult, Billy et Valmeraye, le fief de Cabourg.

           2. Dans la vicomte de Bayeux les villes et paroisses de Torteval et de Foulogne, le prieuré de Saint-Laurent de Sept-Vents, le fief noble de Trungy.

          3. Dans la vicomté de Falaise la paroisse de Saint-Aubert, Saint-Philbert-sur-Orne, la terre et seigneurie des Isles-Bardel, le fief Loquart en la paroisse de Bretteville sur-Laize.

          4. Dans la vicomte d'Auge la ville et seigneurie de Saint-Sauveur-sur-Dive, s'étendant à Caumont-sur-Dive, Périers, Beuzeval et Vilers; le fief de Saint-Pierre-Azif.

    Elle avait en outre d'importantes possessions dans le bailliage d'Alençon, les vicomtés de Caudebec, de Carentan et d'Avranches (aveu du temporel fait au roi en 1678 par Charles-Maurice Le Tellier, abbé commendataire de l'abbaye). »

         Haute justice : La justice seigneuriale se rend à deux niveaux. Le domaine de la haute justice ou « justice du sang », ne s'étend guère qu'au pénal : crimes punis de mort, de peines corporelles, etc. Les marques extérieures de la haute justice, au caractère répressif, sont le pilori, le gibet, les fourches patibulaires. À la haute justice s'oppose la basse justice dont le domaine s'étend à toutes les affaires civiles et pénales de moindre importance.

         Patronage : Fondateur d’une église ou d’un bénéfice, ou son successeur légitime, qui, en cas de vacance de la charge, avait le droit d’y nommer un clerc. 

    Enumérat'IFS : richesse d'une abbaye Enumérat'IFS : richesse d'une abbaye Enumérat'IFS : la richesse d'une abbayePhotos Giloudifs

          L'abbé Gervais de la Rue, dans ses Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement (1820 ; vol.2, p.82) nous apprend que les vassaux de l'abbaye aux Hommes de Caen devaient le service de garde des défenses de l'abbaye.

         « ...lors des querelles, qui intervinrent entre les moines et le gouverneur de Caen, qui voulut en 1487, astreindre les habitants du Bourg-l'Abbé à la garde du château et aux réparations des fossés de la ville. L'abbé de Caen obtint alors des lettres patentes du roi Charles VIII, qui les en dispensa, parce que n'ayant pu faire enclore son monastère dans l'enceinte de la ville, il en avait fait réparer les fortifications , et les faisait garder par ses vassaux du Bourg-l'Abbé, d'Ifs, d'Allemagne, etc... »                                                   http://books.google.fr/books?id=4_RAAAAAcAAJ&pg=PA82&dq=Bourg+l%27abb%C3%A9+Ifs+garde&hl=fr&sa=X&ei=7lhqU4KDM4TJsQSBx4DACg&ved=0CDIQ6AEwAA#v=onepage&q=Bourg%20l%27abb%C3%A9%20Ifs%20garde&f=false

    Enumérat'IFS : la richesse d'une abbaye Enumérat'IFS : la richesse d'une abbaye Enumérat'IFS : la richesse d'une abbaye Enumérat'IFS : la richesse d'une abbaye

        L'abbé de la Rue  -   Fortifications de l'abbaye aux Hommes : remparts et tour, rue du Carel, et tour Guillaume (XIVe)                         (1751-1835)                          Photos extraites du site Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fortifications_de_Caen

    « Un aérodrome au sud de Caen ?Gnomon'IFS : le cadran solaire d'Ifs »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :