•   Accueil

    1904, août : Partis reconduire en carriole la sage-femme qui venait d'accoucher leur fille et épouse, deux hommes, le beau-père et le gendre, sont foudroyés au retour dans la plaine entre Ifs et Allemagne (Fleury-sur-Orne). Le cheval est tué, les deux hommes blessés : l'un reste sourd, l'autre, perd la raison.

     1908-1923 : Pacifique Rossignol, maire d'Ifs.

     1923-1944 : Henri Véraquin est curé d'Ifs.

     1921, 16 mars : Le portail latéral sud de l’église d’Ifs, orné de chevrons et de têtes symboliques, est classé Monument Historique. 

     1921, novembre : scandale à Ifs. Les poilus indignés refusent de participer à l'érection du monument aux morts : par économie, le maire a récupéré un monument sur le tombeau de bienfaiteurs de la commune, et en a fait gratter les inscriptions pour les remplacer par les noms des morts pour la France.

     1923-1929 : Emile Rosette, maire d'Ifs.

     1924, 18 janvier : Pour échapper à un cheval emballé à Ifs, un cycliste de 25 ans, jeune marié, saute sur la voie du Decauville qui dessert Caen-Falaise : il est broyé par une automotrice.

     1927, mars : A Ifs, un bambin de 5 ans en haillons avait réussi à s'échapper pour voler la pâtée du chien. Les voisins alertent les gendarmes. Enfant d'un premier mariage, le petit garçon était séquestré et affamé. En juin, ses parents écoperont du maximum : 5 ans de prison ferme et 2000 francs d'amende (6.248 F ou 952,50 euros).

     1929-1957 : Paul Rosette, maire d'Ifs.

    1933, avril : Le conseil municipal d'Ifs démissionne en bloc, lassé d'attendre en vain, de­puis 1929, les crédits pour l'adduction d'eau potable.

     1935, 26 novembre : Le premier « Pou du ciel » caennais s’écrase à Ifs, tuant son conducteur et pilote, René Bénard, greffier et chef du tribunal de commerce de Caen. Celui-ci voulait rendre visite à un ami à Saint-Martin de Fontenay. Une croix-monument est érigée à l’emplacement du crash.

    SECONDE GUERRE MONDIALE 1939-1945

    1941, nuit du 30/31 mars : Un câble est coupé à l'entrée de la ville de Caen, route de Falaise sur la commune d'Ifs. 

    1941, 3 avril à 12H00 : mise en place d'un tour de garde de 16 postes sur la route de Falaise suite à la coupure d'un câble dans la nuit du 30 au 31 mars.

    1941, 5 avril : Le maire d'Ifs propose que ses administrés participent à la garde des câbles route de Falaise.

    1942, 5 février : La police caennaise est étatisée. Cette police aura pour rayon d'action toute l'agglomération caennaise, avec les communes de : Venoix, Saint-Germain-la Blanche-Herbe, Hérouville, Mondeville, Colombelles, Giberville, Fleury-sur-Orne, Cormelles et Ifs.

    1942, 1er mars : Sabotage de câbles route de Caen à Ifs. Le 6 mars 1942 : Suite aux coupures de câbles du 1er mars, un service de garde de nuit est prescrit à la population de Caen et d'Ifs. La mesure est levée le 10 mars.

    1944, 7 juin : Des réfugiés s'installent dans les carrières de Fleury-sur-Orne 

    « Une organisation se met en place avec M. Stévenin, ingénieur à la SNCF, dès le 7 juin par des cuisines, le 9, deux boulangeries elles fonctionneront nuit et jour sans interruption, une partie du ravitaillement est assuré par le Ravitaillement Général (RG) M. Martin, un puits est remis en service et pourvu d’une pompe, une infirmerie est créée dans un coin ainsi qu’un service de police et d’hygiène. M. Charles Aussant, représentant de commerce, est promu "ministre du ravitaillement". La vie s’organise, quand arrive l’ordre de départ ; le 13 juin en fin d’après-midi des bruits avant-coureurs parviennent, l’ordre est impératif. A l’aube du 14 juin, on distribue des vivres : beurre, viande, biscuits et sucre, des carrières Fouquet et des autres 12 000 réfugiés se mettent en route sur le chemin de l’exode par la petite route sinueuse de Bras (hameau d'Ifs). Peu de temps après les allemands installent dans la carrière un état-major. Le 14 juillet dans l’après-midi un bombardement, dans la tirée, fait des morts et des blessés parmi des réfugiés en cours d’expulsion par les allemands. M. Fouquet et sa famille se cachent jusqu’au 19 juillet à 11h00, date de la libération de Fleury par les canadiens francophones du régiment de Maisonneuve."       http://les-sanglots-longs-des-violons.eklablog.com/la-vie-a-caen-pendant-la-bataille-a58340291

     1944, 20 juillet : Les Canadiens du Black Watch abordent la commune d’Ifs le 18 juillet 1944 lors de la bataille de la crête de Bourguébus tandis que le hameau de Bras l'est par les Britanniques. Le 19, les Panzers SS contre-attaquent sur la route Caen-Falaise mais sont repoussés. Le village d’Ifs est définitivement libéré le 20. Le général canadien Foulkes installe son poste de commandement à Ifs et lancera la sanglante bataille de la crête de Verrière. Des maisons et l’église du Bourg d’Ifs subissent d’importants dégâts.

     1945-1966 : Charles Saussaye est curé d'Ifs.

     1946, 4 octobre : Le clocher, le mur nord de la nef de l’église d’Ifs sont classés Monuments Historiques.

     1948, février : à Ifs, un incendie dans une ferme détruit 100 quintaux de céréales.

     1949, 12 février : La Croix de guerre 1939-1945 est une décoration militaire française destinée à distinguer des personnes (civiles et militaires), des unités, des villes ou des institutions ayant fait l'objet d'une citation pour fait de guerre au cours de la Seconde Guerre mondiale. Par décret du 12 février 1949, Ifs a été décorée de la Croix de Guerre 1939-1945. Cette « médaille » figure sur le monument aux morts de la commune.

     1955, octobre : Grève scolaire à Ifs : les 3/4 des écoliers sont absents le jour de la rentrée. Depuis plusieurs années, les parents d'élèves réclament le départ du directeur, pour incompétence pé­dagogique : en 7 ans, 1 seul reçu au certificat d'étude et 2 à l'examen d'entrée en 6e.

     1955, 19 décembre : nouvelle grève scolaire à Ifs : l'inspection académique a réin­tégré dans ses fonctions le directeur contesté, après 3 mois de congé de maladie « diplomatique ».

     1957-1971 : André Schils, maire d'Ifs.

     1958, 16 novembre : pose du coq sur le clocher de l'église d'Ifs.

     1959, 10 janvier : vers 18 h, sous des rafales de neige, un Jodel s'écrase près d'Ifs : 2 tués, le pilote, le capitaine aumônier de la base aérienne de Carpiquet, 700 heures de vol, et son passager.

     1966-1986 : Pierre Ducellier est curé d'Ifs.

     1966, août : Des fouilles réalisées par C. Varoqueaux dans l'enclos de la centrale électrique de la Dronnière, feront remonter un premier peuplement du territoire d’Ifs au 5e siècle av. J.-C. : 15 sépultures contenant 17 squelettes sont mises au jour.

     1966, 17 mars : Le club de football d’Ifs « Association Sportive d’IFS » est fondé et connaît cinq promotions lors de ses sept premières saisons d'existence. Le club joue au stade Mendès-France. Champion DH Basse-Normandie : 2007. Après deux saisons en CFA 2, le club évolue depuis 2009 en championnat de Division d'Honneur (Niveau VI) de la Ligue de Basse-Normandie de football. Couleurs : vert et blanc. http://www.asifs.fr

    1966, juin: Le conseil municipal d'Ifs réclame un prêtre : la paroisse n'a plus de curé de­puis 1944.

     1970 : La chapelle Notre-Dame-de-la-Plaine est construite dans le quartier de la Plaine, rue de Bretteville. De forme carrée, en béton, ce lieu de culte bénéficie de beaucoup de clarté grâce aux nombreuses ouvertures.

     1971 : Raymond Edenne devient maire par intérim cette année là.

     1971-1977 : André Talpied, maire d'Ifs.

      1973 : Création de la section Basket au sein du club A. S. IFS. En 1994 : Les deux équipes premières (féminine et masculine) évoluent en championnat national (N4). En 2001, les deux équipe première (féminine et masculine) du club terminent deuxième du championnat R1. En 2002, l'équipe première féminine termine 1ère de pré-Nationale et accède en Nationale III. En 2003, l'équipe première féminine termine 1ère de Nationale III et accède en Nationale II. En 2005, l’L'équipe première féminine accède en Nationale I. En 2006, malgré l'élargissement de la NF1 à 16 clubs, le CB Ifs est relégué en NF2. En 2008, nouvelle accession de l'équipe première féminine en Nationale I. (Wikipédia). www.clubbasketifs.fr

     1973, 16 novembre : 8 conseils municipaux votent le même texte à la même heure : le District Urbain de Caen est né. Il regroupe Caen, Cambes-en-Plaine, Carpiquet, Démouville, Ifs, Bretteville-sur-Odon, Louvigny et Épron.

     1977-1983 : Jean Moulin, premier mandat en tant que maire d'Ifs.

     1977, 12 avril : L’Association des Anciens Combattants de la Ville d’Ifs est créée. Elle est rattachée à l’Union Nationale des Combattants du Département du Calvados.

     1979 : Après d’importants travaux de restauration, la ferme Saint-Bernard, ensemble de bâtiments datant du 17e siècle, devient l’Hôtel de Ville d’Ifs. Une partie de cette importante ferme de la plaine de Caen avait été détruite durant la seconde guerre mondiale. Les façades et toitures de la ferme et de son colombier ont été classées monument historique (ISMH) le 26 novembre 1979.

     1981, 15 juin : l'Amicale du Tennis d'Ifs voit le jour.

     1981, décembre : Le ministre Louis Mexandeau pose la première pierre du bureau de poste d'Ifs, attendu depuis 7 ans par les habitants.

     D'IFS'férents faits 1900-1999

     1982 : Lors des travaux d'un lotissement, on découvre une nécropole du haut moyen Âge. C. Pilet fouillera toute la nécropole, soit 434 sépultures dont 408 en pleine terre et 26 en sarcophage. 80 sépultures d'enfants seront dénombrées, toutes situées à la périphérie de la nécropole. Les tombes les plus anciennes sont datées de la fin du 5e siècle au début du 6e siècle et les plus récentes de la fin du 7e siècle.

     1982, 18 septembre : inauguration du Gymnase Jérôme-Obric par Edwige Avice, ministre des Sports.

     1983-1989 : Jacques Legardinier, maire d'Ifs.

     1986 : naissance de l’association « Ifs Solidarité Sahel » issu d’un groupe de travail du conseil municipal d’Ifs. Cette association, rejointe en 1990 par « Solidarité de Louvigny avec le Sahel »,  est l’antenne d’Eau Vive de la région de Caen, une ONG française installée au Mali, au Sénégal, au Burkina et au Niger dont l’objectif est d’aider les communautés rurales du Sahel.

     1986-1995 : André Gauguin est curé d'Ifs.

     1988 : En 1988, le magasin d’Ifs voit le jour : une implantation visionnaire sur une zone, à l’époque, déserte.

     1989-2001 : Jean Moulin, second mandat en tant que maire d'Ifs.

     1989 : découverte à Ifs d’enclos circulaires protohistoriques.

     1990, 23 novembre : Arrêté préfectoral officialisant la création du District du Grand Caen (DGC).  18 Communes sont adhérentes : Authie, Bretteville-sur-Odon, Caen, Cambes-en-Plaine, Carpiquet, Colombelles, Cormelles-le-Royal, Cuverville, Démouville, Epron, Fleury-sur-Orne, Giberville, Hérouville-Saint-Clair, Ifs, Louvigny, Mondeville, St Contest et St Germain-la-Blanche-Herbe. 

     1991, mars : La municipalité d'Ifs décide de planter une forêt de 32 hectares en bordure du boulevard périphérique Sud, pour isoler le bourg des nuisances sonores.

     1991 : Ifs se jumelle avec Ilfracombe, Devon, Grande-Bretagne.

     1992, février : Condamné après son ouverture à la demande de la Chambre de Commerce et du CIDUNATI, le centre Leclerc d'Ifs est sauvé de la fermeture par la Commission Nationale d'Urbanisme Commercial. Lancée par le maire, une pétition pour son maintien avait recueilli 15 000 signatures.

     1992, 10 mars : Une grue en cours de montage s'effondre sur un chantier du nouveau quartier de l'Europe, à Ifs : 3 tués.

     1992 : L'Espace Jean Vilar, doté de 429 places, est inauguré, actuel square de Niederwerrn, dans le quartier du Hoguet. Municipal à l’origine, il deviendra par la suite un établissement de la Communauté d’Agglomération Caen-la-Mer.

     1992 : Ifs se jumelle avec Niederwerrn, Basse-Franconie, Allemagne.

     D'IFS'férents faits 1900-1999

     1994, juillet : Guillaume Blin, 24 ans, d'Ifs, est champion de France et du monde de body-building.

     1995, septembre : La section randonnée de l'association " la Détente Ifoise" devient autonome en septembre 1995 et donne naissance à l'association : "Par Monts et Par Vaux avec Ifs" (parution au journal officiel du 6 avril 1996).

     1995 : le Team Joly Vélo Sport est créé.

     1995 : Alfred Cosne devient curé d'Ifs.

     1996-1999 : construction du quartier du Canada au sud-est du Bourg d’Ifs.

     1996, 16 janvier : Inauguration du 3ème campus universitaire, à Ifs, avec un I.U.T. d'informatique et de communication.

     1996 : Lancement des zones d’activités d’intérêt communautaire sur Ifs (Object’Ifs Sud), Fleury-sur-Orne et Colombelles.

     1997 : Construction du Centre de secours Sud à Ifs : mandat à la SEM Normandie Aménagement.

     1998, 21 avril : Le maire et conseiller général d'Ifs reçoit le prix national du Bâtiment et du Patrimoine pour la restauration d'une ferme du 17ème siècle devenue hôtel de ville.

     1998-1999 : Travaux de la caserne de pompiers d’Ifs. En 1999, transfert de la caserne Canada vers la caserne d’Ifs.


    1 commentaire
  •  

    Accueil1047 : On voit passer dans la plaine d’Izium (Ifs) les seigneurs normands révoltés vaincus à la bataille de Val-Es-Dunes par leur duc Guillaume le Bâtard. Ils fuient en désordre pour passer le gué d’Athis à Allemagne, actuel Fleury-sur-Orne. On rapporte que beaucoup se noient dans l’Orne et que leurs corps sont si nombreux qu’ils arrêtent le fonctionnement du Moulin de Bourbillon situé près de l’actuelle « île Enchantée ».

     1070 : Les premières mentions de la localité apparaissent à partir de 1070 dans plusieurs chartes. La paroisse, alors propriété de l’abbaye Saint-Étienne de Caen, n'est qu'une dépendance de celle de sa voisine d’Allemagne (futur Fleury-sur-Orne).

     1082 : Raoul de Bras est témoin signataire de la charte des barons normands pour l’abbaye Saint-Étienne.

     1172 : confirmation par Henri II, évêque de Bayeux, des dîmes d’Ifs à l’abbaye-aux-Hommes de Caen depuis la donation du duc Guillaume, fondateur de cette abbaye. Ce prélat déclare dans sa charte que l'église d'Ifs et la chapelle de Bras [ecclesia de Icio, cum cape lia de Brachto], et toute la dîme de cette paroisse avec ses appartenances, sont exemptes des droits du synode, de visite et autres dus à l'évêque.

     1204 ( ?) : Les seigneuries d’Ifs et d’Allemagne sont citées ensemble comme étant le fief d’Amaury de Maillent, qui les cède à sa sœur en mariage.

    1320 : Pierre d’Ifs, fils d'un Robert d’Ifs, est mentionné pour une rente à l’abbaye de Barbery qui avait eu précédemment à sa tête, en 1280, un abbé nommé Thomas d’Ys.

     1562 : le fief de Bras, qui dépendait de l’abbaye aux Hommes est vendu à Charles de Bourgueville, l'historiographe de Caen. Ce fief sera revendu à l'abbaye, en 1650, par Charles de Bourgueville, sieur de Clinchamps.

     1575-1634 : Gilles Le Got est curé d'Ifs.

     1593, 5 novembre : Charles de Bourgueville, sieur de Bras décède à Caen à l’âge de 89 ans. Il est inhumé dans la chapelle Saint-Jérôme de l'église Saint-Jean à Caen.

     1640-1665 : Thomas Goudier est curé d'Ifs.

     1663 : Le revenu des terres d'Allemagne, d'Ifs et de Bras est de 4 930 livres 10 sous ; les dîmes d'Allemagne et d'Ifs, de 2 320 livres, et celles du hameau de Bras, de 550.

     1665-1674 : François le Vallois est curé d'Ifs.

     1667, 17 juin : Naissance à Ifs de  Robert Le Vrac de Tournières, peintre français. Élève de Lucas Delahaye, puis de Bon Boullogne et de Rigaud, Tournières sera reçu deux fois à l'Académie royale de peinture, en 1702, comme peintre de portraits, et le 24 octobre 1716, comme peintre d’histoire. Il mourra à Caen le 18 mai 1752.

     1674-1690 : Philippe Droulin est curé d'Ifs.

     1685 : La chaire de l’église d’Ifs est réalisée à l'initiative de l'abbé Droulin et d'un bourgeois caennais, François Hachet. Elle sera restaurée en 1865.

     1692-1716 : Thomas Bougourd est curé d'Ifs.

     1692, 2 mars : Naissance à Ifs de Jacques Crevel, avocat au Parlement de Normandie et professeur de droit à l'Université de Caen. Il mourut le 23 décembre 1764.

     1708, 29 mars : Naissance à Ifs de Pierre Le Cocq, futur supérieur général des Eudistes (1775-1777) et directeur du séminaire de Caen. Il mourra à Caen le 1er septembre 1777.

     1717-1729 : Gabriel Le Fournier est curé d'Ifs.

     1722 : Le hameau de Bras compte à cette date 40 feux.

     1729-1732 : Jacques Maingot est curé d'Ifs.

     1732 : La tour de l'église d'Ifs qui offre un beau type que l'on retrouve dans quelques cantons du Calvados est foudroyée sur une hauteur de dix à douze mètres. Le dimanche 15 février 1733 les travaux de réparation de la pyramide du clocher seront adjugés au rabais à M. Quesnel, entrepreneur et architecte de Caen, moyennant 620 livres.

     1732-1733 : Jean-François Cahagne est curé d'Ifs.

     1733-1743 : Pierre Bouquet est curé d'Ifs.

     1743-1788 : Michel Gaugain est curé d'Ifs.

     1754, 9 juin : Les habitants de Cormelles donnent leur accord pour  un échange  de 21 arpents, 34 perches, 9 pieds des terres de la paroisse d’Ifs contre 14 arpents des terres du Sieur de la Guérinière.

     1775, 6 octobre : Pierre Le Cocq, né à Ifs, est élu supérieur de la Congrégation des Eudistes. Il est mort le 1er septembre 1777, âgé de 49 ans.

     1775, 30 décembre : « vers 10h40, s'est produit l'un des séismes les plus forts de Normandie et même du massif Armoricain (estimé d'une intensité 8) » qui dura environ 6 secondes. “ On entendit d’abord un bruit semblable à celui d’une nombreuse suite d’équipages qui aurait couru le pavé, ensuite toutes les tuiles remuaient sur les maisons ; après quoi, il vint deux violentes secousses qui abattirent un grand nombre de cheminées de la Ville de Caen, ainsi que beaucoup de tuiles ; Quantité de maisons ont été considérablement endommagée. » A Caen 20 maisons s'effondrent ; à l'église de Cormelles et dans les abbatiales de Barbery et d'Eterville, ainsi qu'à la Trinité de Caen, des cloches chutent. Le haut du clocher de Cormelles est renversé, ainsi que la contre table de l’église d’Eterville. Au cours d'une réplique le 1er janvier suivant, une maison, s'effondre à Hérouville. Le séisme du 30 décembre est ressenti jusqu'à Versailles. » http://www.cossmannia.fr/cossmann_cotentin1/tertiaire_cotentin/seisme/sismique.htm

    Aujourd’hui, la commune d’Ifs est classée en « sismicité très faible mais non négligeable » soit 1A [Le territoire métropolitain est divisé en quatre zones : 0 : sismicité négligeable ; 1a : sismicité très faible mais non négligeable ; 1b : sismicité faible ; 2 : sismicité moyenne ; 3 : sismicité forte].

     1779, 17 Avril : vers 2 heures de l'après-midi, le village d'Ifs est inondé par un orage accompagné d'une grêle très-forte ; les torrents d'eau entraînent plusieurs maisons. La perte des bestiaux submergés dans leurs étables cause un dommage considérable à la paroisse, remise à peine des désastres d'un incendie qu'elle avait éprouvé 10 ans auparavant.

     1787, 6 septembre : Un incendie se déclenche à Ifs menaçant de destruction les maisons du village. Il est heureusement maîtrisé.

     1788-1791 : Charles Gaugain est curé d'Ifs.

     1789 : M. de Malherbe pour son fief d’Ifs est convoqué au titre de la noblesse du bailliage de Caen pour participer à l’élection des députés aux États-Généraux du royaume.

     1790 : Charles Gaugain, curé d'Ifs, devient le premier maire d'Ifs.

     1791 : Pierre Le Vavasseur devient curé d'Ifs.

     1791 : Les terres et les maisons d'Ifs et d'Allemagne, biens du clergé, ont été vendus pour la somme de 624.357 livres.

     1800-1805 : Charles, Simon, Richard de Malherbe maire d'Ifs.

     1802 : La paroisse de Cormelles est réunie à celle d’Ifs. Son presbytère et son église dépendent d’Ifs. En 1811, Mr Poitrineau, propriétaire de la manufacture de sucre de betteraves envoie une pétition au conseil municipal de Cormelles puisque « l'église qui borne sa propriété est, et restera comme annexe à la paroisse d'Ifs, (...) et n'est point desservie, elle lui serait d'une grande utilité pour son entreprise. » C'est pourquoi il demande que la propriété lui soit cédée, soit par estimation ou rente perpétuelle. Le conseil municipal refuse la vente de l'église. Ce n’est qu’en 1826, que Cormelles rentrera en possession de ceux-ci.

     1805-1817 : Jacques Hébert, maire d'Ifs.

     1817-1821 : Jacques, Julien Le Nouvel, maire d'Ifs.

     1821-1830 : Le Brethon, maire d'Ifs.

     1830-1840 : Joseph Pagny, maire d'Ifs.

     1833, 14 octobre : Naissance à Ifs de Achille Hippolyte Le Brethon, archiviste paléographe attaché aux travaux historiques de la ville de Paris. Il participa  aux travaux de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Il est décédé le 29 février 1868 à Ifs.

     1840-1848 : Jacques Le Brethon, maire d'Ifs.

     1848-1869 : Jean-Baptiste Marc, maire d'Ifs.

     1853-1872 : A. Dupont est curé d'Ifs.

     1869-1870 : Adolphe madeline, maire d'Ifs.

     1870-1871 : Arsène Salles, maire d'Ifs.

     1871-1888 : Jules Rosier, maire d'Ifs.

     1872-1890 : Pierre André Auzou est curé d'Ifs.

     1873, août : épidémie de choléra à Ifs.

     1877 : Le chœur du XIIIe siècle de l'église d'Ifs est abattu par un terrible ouragan. ise d’Ifs. Il est reconstruit en style roman en 1878 et sera restaurée après les destructions de 1944.

     1888-1890 : Eugène Talancher, maire d'Ifs.

     1889, 30 Mai : « Un des plus forts séismes du siècle en Normandie , fortement éprouvé à Jersey et Guernesey, ainsi que dans l'Orne, le Calvados, l'Eure, l'Eure-et-Loir, la Seine-Maritime et la Mayenne. Il fut ressenti jusqu'en Angleterre et, en France, jusqu'à Salouêl (Somme), Saint-Malo, Rennes ; il semble même que le séisme aurait était ressenti à Bâle. Des maisons furent lézardées à Caen, Flers et Avranches, des vitres brisées à Saint-Malo, Flers, Cherbourg  où tomba un chapiteau de l'église de la trinité. » http://www.cossmannia.fr/cossmann_cotentin1/tertiaire_cotentin/seisme/sismique.htm 

     1890-1893 : Arsène Monrocq, maire d'Ifs.

     1891-1899 : Alexandre Delalonde est curé d'Ifs.

     1893-1899 : Charles Marie, maire d'Ifs.

     1899-1908 : Georges Rabache, maire d'Ifs.

     1899-1923 : Georges Chapsal est curé d'Ifs.


    votre commentaire
  • AccueilMichel Béziers [né et mort à Bayeux 1721-1782] est d’abord curé de Saint-André de Bayeux, puis chanoine du Saint-Sépulcre de Caen et membre de l'académie de cette ville ; c’est un chronologiste, un historien et un littérateur. Vers 1770, il publie plusieurs volumes de « Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux ». Dans le tome 3 sur les archidiaconés d’Hyesmes et de Caen on trouve plusieurs mentions d'Ifs :

    […] « La sergenterie d’Argences contient : Allemagne, Argences, Bellengreville, Billy, Bourguébus, Bras, Canteloup, Cléville, Colombelles, Conteville, Croissanville, Grenteville, Hubert-Folie, Ifs, Mery-Corbon, Mondeville, Poussy, Soliers, Tilly-la-Campagne et Valmeray. » (P.45) […]

    « Guillaume Bertrand, vicomte de Fauguernon, devint aussi vicomte de Fontenay-le-Marmion, par son alliance avec l’héritière de Robert Tesson,qui lui apporta encore les seigneuries du Mesnil-Patry, de Savenay, de Courvaudon, de Feuguerolles, de Venoix, d’Ifs et de Placy. Il était cousin germain de Robert Bertrand, seigneur de Briquebec, maréchal de France. » (P. 128) […]

    « Ifs (Saint-André d') Iffi ou Taxi. Sergenterie d'Argences, élection de Caen, notariat de Caen, 49 feux. Cette paroisse est sur le grand chemin de Caen à Falaise. L'abbé de Caen présente à la cure de plein droit. Il perçoit la plupart de ses dîmes, par la donation du duc Guillaume, fondateur de cette abbaye, confirmée en 1172 par Henri II, évêque de Bayeux. Ce prélat déclare dans sa charte que l'église d'Ifs et la chapelle de Bras [ecclesia de Icio, cum cape lia de Brachto], et toute la dîme de cette paroisse avec ses appartenances, sont exemptes des droits du synode, de visite et autres dus à l'évêque (Neust, Pia, p. 644).

    Le hameau de Bras, situé au-delà du grand chemin, est du territoire d’Ifs. Ses habitants ont un rôle à taille particulier qui, en 1722, y comptait 40 feux. Il y avait une ancienne chapelle qui est tombée en ruines. Il est doté d’un fief qui a été illustré par Charles de Bourgueville, écuyer, sieur de Bras, auteur de quelques ouvrages en faveur de Caen, sa patrie. » (P.137) […]

    « Le 6 octobre 1775, Pierre Le Coq, prêtre de la paroisse d’Ifs près Caen, fut élu supérieur de la Congrégation de la Mission, mort le 1er septembre 1777, âgé de 49 ans. » (P.246) […]

    « Amaury de Meullant, sire de Gournay, en mariant Alisande de Meullant sa sœur, à Guillaume, sire de Tancarville, lui donna pour dot plusieurs terres au diocèse de Rouen, et celles de Feuguerolles, de Venoix, d'Ifs, d'Allemagne, de Placy et d'Oystreham près Caen, au diocèse de Bayeux (Hitt. Hare,, t. I, p. 171-172.). Ce sire de Gournay est le même qui fonda, en 1135, l'abbaye des dames de Fontaine-Guérard. » (P.347) […]

     Accueil« Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux » - Tome III par Michel Béziers vers 1770 – Publié par G. Le Hardy, Imprimé en 1894.

    http://www.archive.org/stream/mmoirespoursevi01hardgoog/mmoirespoursevi01hardgoog_djvu.txt

    ----------------------------------------------------------------------------------

    « Robert V, vicomte de Roncheville , seigneur d'Honfleur et de Fauguernon, fut nommé connétable de Normandie. Cette charge était restée jusqu'alors dans la famille du Hommet. Il eut pour femme Alix de Tancarville, fille de Monsieur Guillaume, sire de Tancarville et d'Alissande de Meullent Le traité de mariage, daté de l'an 1245, stipule une dot considérable. Alix était héritière de sa mère et devenait dame des terres de Sahurs, Croiset et Bapaulme , près Rouen, Feuguerolles, Ifs, Alemaigne, Placy, Savenay , le Mesnil-Patry, Estreham, près Caen. Les deux fils de Robert V se partagèrent ses possessions, et c'est au second, nommé Guillaume, qu'échut Fauguernon avec les fiefs de sa mère. »

    Notice sur Fauguernon dans la Statistique monumentale du Calvados, Volume 5, par Arcisse de Caumont


    votre commentaire
  •  AccueilLes rues de Ifs tirent leur nom soit de la toponymie héritée du passé, soit d’un choix délibéré obéissant à une thématique récente : fleurs, compositeurs, dramaturges, etc…

    Accueil Le BOURG d’Ifs est le noyau le plus ancien de la commune. Avant la seconde guerre mondiale, il se résumait à la rue du Bout Guesdon, longue rue de chaque côté de laquelle se dressaient les maisons en plaquettes calcaires issues du sous-sol. En certains lieux de Normandie, un « bout » est un autre mot désignant une rue. Ce serait donc la rue de la « rue » Guesdon. Qui est donc « Guesdon » ?… Mystère… On trouve cependant une famille Guesdon dans les registres paroissiaux d'Ifs aux 17 et 18èmes siècles.

    Venant de Caen, deux rues à droite à mi-parcours partaient dans la campagne, la rue de l’Avenir et la rue Urbain Lefrançois, bienfaiteur de la commune, qui rejoignait Caen par la rue de Bretteville, au niveau du quartier de la Plaine. Du carrefour de l’église, part à droite la rue de la République et à gauche la rue de l’Eglise. La rue du Peintre Tournières, né à Ifs, prolonge la rue du Bout Guesdon. Un peu plus loin à droite, on trouvait la rue de la Mairie, devenue aujourd’hui la rue de l’Ancienne Mairie, route qui se dirigeait ensuite vers Fleury-sur-Orne.

    Par la suite, telle une pelure d’oignon sont venus se greffer sur le Bourg des lotissements successifs reconnaissables à la thématique choisie pour les noms de rues : fleurs, musiciens, provinces et arbres.

    Tout d’abord, les rues au nom de fleurs qui s’organisent autour des rues de l’Avenir, Urbain Lefrançois et du Bout-Guesdon :

    Cyclamens, Pensées, Pivoines, Glaïeuls, Dalhias, Giroflées, Géraniums, Iris, Bleuets et Lys.

    Puis viennent les noms de compositeurs français autour de la place Debussy :

    Berlioz, Lulli, Satie, Saint-Saëns, Poullenc, Delibes, Ravel, Couperin, Chabrier, Bizet, Franck, Gounod et Massenet.

     

    Accueil

    Les musiciens de la place Debussy

    Parallèlement, enserrant Ifs au nord, à l’ouest et au sud, viennent les noms de rues dont les vocables sont ceux d’anciennes provinces françaises : 

    Alpes, Alsace-Lorraine, Anjou, Aquitaine, Auvergne, Béarn, Berry, Bretagne, Cévennes, Champagne, Dauphiné, Ile-de-France, Jura, Languedoc, Limousin, Maine, Normandie, Périgord, Picardie, Poitou, Provence, Roussillon, Saintonge, Savoie, Vanoise, Vercors et Vosges.

    A ces régions de France, s’ajoutent sur le pourtour du quartier quelques gloires…

    …françaises : Ronsard, Zola, Saint-Exupéry, Lavoisier,…

    …ou étrangères : Gutenberg et Franklin.

    Signalons aussi une allée Jules Ferry à proximité de l’hôtel de ville.

    Enfin, pour la dernière extension en date (lotissement des Clairières, au sud vers Fleury-sur-Orne), des noms d’arbres ont été donnés aux rues qui se distribuent autour de la rue des Clairières : Aulnes, Chênes, Frênes, Genêts, Hêtres, Mélèzes et Pins, mais, pas de rue des Ifs ! (Rappelons que "Ifs" ne tire pas son nom de ces arbustes).

    Exception à la règle, on trouve une impasse Roche Blanche, nom issu d’une opération immobilière particulière.

    Accueil Le QUARTIER de L’EUROPE, situé au nord-est du Bourg, a été réalisé de la fin des années 1980 jusqu'en 1992. Comme son nom l’indique sa thématique est celle de l’Europe et en particulier les capitales de l’Union Européenne (celle des 12 pays-membres de 1986) organisées autour de l’avenue Jean Monnet (1888-1979) considéré comme un des pères de l’Union Européenne.

    On y trouve rues et allées d’…Athènes, Bonn, Bruxelles, Copenhague, Dublin, Lisbonne, Luxembourg, Madrid et Rome.

    Avec, Paris qui n’est pas représenté, cela fait un total de 10 capitales d’où devinettes à présent : l’Europe à cette époque compte douze pays ; il nous manque donc dans ce quartier deux capitales… Lesquelles ? En outre, un des pays-membres de l’Europe a changé de capitale en 1990… Lequel ? Quel est le nom de cette capitale ? (Réponses en fin d’article).

    Accueil Le QUARTIER DU CANADA, situé au sud-est du Bourg, est réalisé entre 1996 et 1999. Il rend hommage aux libérateurs canadiens de la commune en 1944. L’avenue qui traverse ce quartier se nomme d’ailleurs, l’avenue des Libérateurs.

    Plusieurs des « acteurs » ayant participé aux combats autour d’Ifs ont leur voie : L’avenue et l’allée du Black Watch, allée des Fusiliers Mont-Royal, allée des Diables Noirs, avenue et allée du Régiment Maisonneuve et allée du général Sismonds, commandant du 2ème Corps canadien.

    D’autres voies évoquent le Canada comme la rue des Erables et la rue Jacques Cartier, découvreur du Canada. Le Canada est constitué de dix provinces et de trois territoires.

    Parmi ces dix provinces, Ifs a donné des noms de ces provinces à certaines de ses rues : Alberta, Manitoba, Ontario, Québec, Terre-Neuve, Labrador (Terre-Neuve et Labrador sont une seule et même province). Manquent la Colombie-Britannique, l'Île-du-Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, le Saskatchewan (pour cette dernière province, on imagine le casse-tête que ce serait pour le résident aussi bien pour le prononcer que l'écrire correctement...).

    Parmi les trois territoires on trouve les rue du Nunavut et la rue du Yukon mais pas de voie dédiée aux Territoires du Nord-Ouest.

    D’autres lieux sont également représentés :

    Vancouver, Toronto, Ottawa, Winnipeg sont des villes.

    Saguenay, Gaspésie, Grands Lacs, Hudson sont des régions canadiennes.

    Enfin, le tracé de l’actuelle rue des Carriers en bordure de la zone artisanale « La Dronnière » était autrefois la prolongation de la rue de l’Eglise et menait au hameau de Bras après avoir coupé la RN58. Depuis la création du quartier, la voirie a été modifiée et demeure aujourd’hui l’impasse des Carriers.

    Accueil Au sud-est de la commune, en limite de celle de Hubert-Folie, se trouve le QUARTIER de BRAS. Il est traversé par la rue du Sieur de Bras, personnalité locale.

    On y trouve plusieurs rues topologiques, c’est-à-dire donnant une information sur le lieu :

    - la rue de la Bonne Vierge

    - la rue de la Chapelle

    - la rue de la Mare

    S’il existe une rue de la Fosse aux Loups dans le quartier de la Plaine, on trouve à Bras, issu du cadastre ancien, la rue de la Fosse aux Renards, évoquant un lieu où l’on piégeait les renards.

    Cet aspect champêtre du quartier est renforcé par l’allée des Bouvreuils et l’impasse du Chant de l’Alouette.

    Accueil Le QUARTIER DE LA PLAINE se trouve au nord de la commune, en bordure de Caen. Il s’est développé à partir de la rue de Caen/Falaise d’abord de manière anarchique avant que l’urbanisation systématique ne densifie son tissu. C’est pourquoi, par exemple, la numérotation des maisons de la rue du chemin Vert est une numération métrique et non binaire. Les espaces libres se sont construits progressivement au fil des années.

     - le chemin aux Bœufs est le nom d'un vieux chemin qui parcourait les communes d’Ifs, de Caen et de Cormelles-le-Royal dont les tronçons sont aujourd’hui séparés par d'autres voiries. C’est par ce chemin que l’on transportait  la pierre de Caen des carrières d’Allemagne jusqu’au port de Caen grâce aux charrettes attelées par des bœufs.  

    - la rue de Bretteville prolonge celle d’Ifs sur le territoire de Caen. Cette voie menait, après le Bourg d’Ifs et Fontenay-le Marmion, à Bretteville-sur-Laize.

    - la rue de Caen, côté Ifs, sépare Ifs de la métropole normande où, côté Caen, elle porte le nom de rue de Falaise. C'est la route N.158 menant à Falaise.

    - la rue du Chemin Vert a hérité son nom de la toponymie ancienne. L’urbanisation progressive et constante au fil des années, lui a fait perdre quelque peu de sa couleur champêtre originelle…

    Comme, elle, plusieurs autres rues de ce quartier tirent leur nom e lieux-dits anciens :

    - rue du Home. Le home/houme en Normandie est un terrain entouré d’eau, un îlot… ou bien des ormes qui poussaient là.

    - rue du Clos Perelle. Perelle aurait le sens de pierrier ou chemin pavé.

    - impasse de la Fosse aux Loups. Y a-t-il eu ici un piège à loup ?

     

    Accueil

    - rue des Sablonnettes. Sans doute un rapport avec le sable.

    - rue des Orailles. L’oraille serait l’orée, la limite.

    - allée des Bréholles

    - rue de la Vieille haie

    D’autres voies portent les noms de personnalités françaises :

    - rue Aristide Briand

    - rue Louis Pergaud

    - impasse Jean-Jacques Rousseau (un Génevoix !)

    - allée Gustave Flaubert

    De même, des noms de peintres français ont été donnés à plusieurs rues :

    Manet, Renoir, Cézanne, Utrillo, Modigliani, Picasso et plus au sud des noms de peintres français ayant un lien avec la Normandie : Garrido, boudin, Gernez, Millet et Géricault.

    Les noms de fleurs ont aussi fleuris sur les plaques des voies et des places, au sud du quartier : Myosotis, Lilas, Muguets, Jacinthes, Violettes, Tulipes, Chèvrefeuilles, Hortensias, Rosiers, Œillets et… Marronniers, un arbre à fleurs.

    Enfin signalons une seule rue topologique, c’est-à-dire donnant une information sur le lieu, la rue Notre-Dame-des-Champs. On trouve, non loin de là, la chapelle Notre-Dame-de-la-Plaine mais non -des-Champs, ce vocable est celui de l'église du Bas-Fleury… pourquoi ce nom ici ? Autre mystère…

    Accueil Le QUARTIER du HOGUET et du CLOS-CHAUMONT est un quartier récent dont la réalisation a débuté au milieu des années 1990. Organisé autour du théâtre Jean Vilar, ce quartier doit sa toponymie aux écrivains et dramaturges français :

    J. Anouilh, L. Aragon, A. Camus, P. Claudel, J. Cocteau, P. Corneille, G. Courteline, D. Diderot, A. Dumas, G. Feydeau, A. Gide, V. Hugo, E. Ionesco, A. Jarry, Marivaux, F. Mauriac, P. Mérimée, Molière, H. de Montherlant, J. Racine, J. Renard, G. Sand, B. Vian, F.-M. Voltaire.

    On y trouve aussi quelques étrangers : le chanteur canadien Félix Leclerc, l’écrivain russe Anton Tchekhov, l’écrivain et homme politique tchèque Vaclav Havel et l’homme politique israélien et prix Nobel de la Paix (1994) Yitzhak Rabin.

    Au niveau de la topologie locale :

    - le boulevard du stade longe, bien sûr, le stade d’Ifs.

    - le chemin de Fleury, chemin ancien inscrit au cadastre et dont un tronçon a été conservé du fait de son existence bien avant la création du quartier, allait bien à l’origine de Cormelles-le-Royal à Fleury-sur-Orne.

    - le chemin du Val descend bien vers le vallon, dépression sensible séparant le Bourg de la Plaine.

    Reste le cas du chemin Napoléon dont la dénomination reste un mystère…

     Accueil

    L’empereur ne s'est rendu qu'une fois, en 1811, dans " sa bonne ville de Caen" dont il se méfiait comme d'un bastion royaliste. C’est à cette date que les décisions de creuser un canal de Caen à la mer, d'aménager le port de Caen, et d'agrandir l'hôtel de préfecture, trop petit pour les accueillir, ont été prises. Difficile d’imaginer un empereur « s’égarant » dans ce chemin et d’ailleurs le nom du chemin date-t-il bien de l’année de cette visite ? Encore un autre mystère…

     Les édiles Ifois ont eu aussi à cœur de nommer les rues des différentes zones artisanales.

    La zone artisanale « la Dronnière » est parcourue par la rue de la Dronnière, lieu-dit où s’est  installée l’usine électrique. Des noms d’anciens métiers traditionnels ont été donnés aux rues adjacentes : carriers, bourreliers et tisserands.

    La zone « Rocade Sud » a vu ses voies desservie par la rue de Rocquancourt (nom d’une commune au sud de Ifs) attribuées à des scientifiques français : Urbain Leverrier, François Arago, Gay-Lussac et Edouard Branly.

    La zone « Porte Sud », en limite de la commune de Cormelles-le-Royal possède une rue dédiée au suédois Alfred Nobel, inventeur de la dynamite, menant à… la caserne de pompiers.

    Enfin, la zone « Object’Ifs Sud » est parcourue par des rues portant des noms d’inventeurs français : Charles Cros, Paul Boucherot, Antoine Becquerel, Joseph Monier et Clément Ader.

     L’avenir seul dira quels choix seront faits pour les futurs noms des rues d’Ifs, quels thèmes l’emporteront au niveau du conseil municipal : le thème de la pêche, activité des côtes normandes ? Verrons-nous une « rue de la Morue » ou une « rue du Maquereau » ? Le thème des cultures de la Plaine de Caen ? Il y aura-t-il une « rue de la Betterave » ? Le thème des fromages normands ? Comment ressentirons-nous la « rue du Camembert » ou la « rue du Livarot » ? Recherchera-t-on des gloires normandes oubliées comme l’a fait notre commune voisine Fleury-sur-Orne avec le « Fleurysien » Nicolas Oresme, évêque de Lisieux ? Aurons-nous une « rue Pierre Cauchon », autre évêque de Lisieux qui n’a jamais eu de rue nulle part ? ou bien encore une rue Poubelle, Eugène de son prénom, un natif de Caen devenu préfet qui améliora l’hygiène de la ville de Paris et qui n’a même pas de rue dans sa ville natale ?…

    Soucieux de neutralité et d’originalité, on pourrait pencher pour une « rue de Nulle Part », une « rue de Jamais Plus » ou encore une « rue de Pourquoi Pas » ? L’avenir seul le dira…

                                                                                     Giloudifs

    Réponses :

    Les deux capitales manquantes sont Londres (Royaume-Uni) et Amsterdam (Pays-Bas).

    Le pays-membre de l’Union Européenne qui a changé de capitale en 1990 est l'Allemagne et cette capitale est bien sûr Berlin.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique