• Démograph'IFS : 11 741 Ifoises/Ifois     Un article extrait du site Ouest-France du 27 decembre 2018 sur https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/population-insee-nous-sommes-desormais-693-679-habitants-dans-le-calvados-6152262

    « Population Insee. Nous sommes désormais 693 679 habitants dans le Calvados

     Démograph'IFS : 11 741 Ifoises/Ifois     D’après l’Insee, le Calvados compte désormais 693 679 habitants. La démographie continue de croître sur des bases de + 0,3 % par an. Une hausse modérée, toujours contrastée.

     

         693 679 habitants au 1er janvier 2016. D’après les calculs de l’Insee, qui recense chaque année le nouveau nombre d’habitants dans chaque commune, le Calvados gagne une place (35e) dans la hiérarchie démographique.

         Si la Seine-Maritime reste largement en tête avec 1 255 755 habitants, un Normand sur cinq vit dans le Calvados.

     

    Moins de monde à Caen, au bénéfice de l’agglo

     

         Caen continue de perdre des habitants (105 403 en 2016 contre 108 793 en 2011) et la couronne caennaise de bénéficier de cette érosion avec des hausses assez fortes à Cagny (+5,7 %), Biéville-Beuville (+5,6 %), Colombelles (+4,5 %).

         À l’inverse, le littoral continue de fondre, avec certes un léger ralentissement en Côte fleurie, mais une accélération en quelques endroits de la Côte de Nacre et du Bessin, à l’exemple d’Arromanches (-2,4 %).

     

    Le goût de la campagne

     

         Autre tendance : le dynamisme des communes de moins de 3 500 habitants, en particulier dans la Plaine de Caen. L’Insee observe néanmoins quelques contrastes, « en particulier au sud-est du département » , à l’exemple de Livarot-Pays-d’Auge (-1 % après une hausse de +0,4 %), ou encore dans le sud-ouest, comme à Condé-en-Normandie (-1,8 %).

         Globalement, les villes de plus de 10 000 habitants tendent à perdre des habitants. C’est criant à Vire (-0,9 %) et Lisieux (-1 %). Hérouville (+1,2 %) et Ifs (+0,7 %) font figure d’exceptions." O-F - Raphaël Fresnais.

    Démograph'IFS : 11 741 Ifoises/Ifois

     

    Voir : http://www.linternaute.com/ville/ifs/ville-14341/demographie


    votre commentaire
  •  La mère de Claude Lelouch native d'IFS     « Deauville, la Normandie, c'est ma mère.

          Ma mère est née à Ifs, un petit village de la banlieue sud de Caen, et évidemment – on ne peut empêcher cet attachement à la terre – lorsqu'elle rencontre mon père, un juif d'Alger, elle lui fait découvrir son pays. Les week-ends en Normandie deviennent dès lors une habitude. »

    Extrait : Le dictionnaire de ma vie par Claude Lelouch, Kero, 2016 - 288 pages

    https://books.google.nl/books?id=VbV_DQAAQBAJ&pg=PT23&lpg=PT23&dq=Lelouch+Ifs&source=bl&ots=oTXwQQbD94&sig=d_NDhrWwbyDCtAAZDHZ5LrToaMc&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiqjpC3zIjfAhWGbFAKHVoZBRYQ6AEwBnoECAIQAQ#v=onepage&q=Lelouch%20Ifs&f=false

     

    Nat'IFS : La mère de Claude Lelouch est née à IFS     « Claude Lelouch naît le 30 octobre 1937 d'un père confectionneur juif du quartier du Sentier et d'une mère qui s'est convertie au judaïsme pour l'épouser. Après la déclaration de guerre de la France à l'Allemagne, par prudence, la famille s'installe, le temps du conflit, en Algérie, le pays d'origine de son père Simon Lelouch. En 1942, contre l'avis de Simon, Claude et sa mère Eugénie Lelouch (née Abeilard) rejoignent une tante, établie à Nice, qui s'apprête à accoucher. Cherchant à retourner en Algérie, ils sont repérés par la police et désormais recherchés par la Gestapo. Remarquant son intérêt pour l'écran, sa mère le cache dans des salles de cinéma où, totalement fasciné, il ne se lasse pas de regarder plusieurs fois de suite le même film. Naîtra une grande histoire d’amour avec le cinéma qui ne le quittera pas. »

    Extrait de Wikipédia


    votre commentaire
  •  

    Le lavoir du Bout Guesdon à IFS     En décembre 1984, la ville d'Ifs dont Jacques Legardinier était alors le maire, dans son bulletin municipal n°5, retraça, à travers divers documents, quelques éléments de l'histoire d'Ifs. La page ci-dessous en est extraite.

          Elle porte sur le lavoir du Bout Guesdon qui devait, à mon avis, se situait presque en face du bar « le Biarritz »... A vérifier donc... 

    Le lavoir du Bout Guesdon à IFS

    Le lavoir du Bout-Guesdon

         « Divers travaux de ce type, tels que puits, mares et lavoirs, ont été entrepris à cette époque. Le 31 décembre 1888, la com­mune d'Ifs achète à M. Rozier, par acte de vente amiable pour cause d'utilité publique, une parcelle de terrain d'1 are 93 centiares, située au lieu-dit du Bout-Guesdon, pour la somme de 200 F. Ce terrain est destiné à la construction d'un lavoir public

         Une correspondance assez Importante témoigne des difficultés de la commune à faire terminer les travaux de ce lavoir par l'entrepreneur adjudicataire. Le décompte des ouvrages exécutés, joint au procès-verbal de réception définitive du 4 mai 1889 fait paraitre la somme de 1 213,25 F, moins une remise de 17 % pour le construction de ce lavoir. »


    votre commentaire
  • Un Ifois mort en opération extérieureUn article par Simon Abraham extrait du site tendanceouest.com du 10 novembre 2018 sur https://www.tendanceouest.com/actualite-300021-11-nove

    Un Ifois mort en opération extérieure« 11 novembre : hommage à un Normand mort en opération extérieure

    À l'occasion de la cérémonie du 11 novembre à Ifs (Calvados), un hommage sera rendu à l'adjudant-chef Stéphane Grenier, Ifois mort en opération extérieure en septembre 2017.

    Un hommage lui avait déjà été rendu à Paris, après son décès l'an passé. © ©Lionel THENADEY/armée de Terre/Défense

     

         La cérémonie d'hommage aux soldats français morts pendant la Grande guerre, ce dimanche 11 novembre 2018 à Ifs (Calvados), aura un caractère particulier. Un hommage sera rendu à l'adjudant-chef Stéphane Grenier, Ifois mort en opération extérieure en septembre 2017, au Proche-Orient.

      « Le 11 novembre, on honore tous les morts pour la France »

         Son nom sera ajouté au monument aux morts de la commune. Il appartenait au 13e Régiment de Dragons parachutiste. Une délégation de ce régiment sera présente à cette occasion.

         « Le 11 novembre, on honore tous les morts pour la France, explique Jean-Pierre Bouillon, conseiller municipal délégué à la Mémoire et au Monde combattant, à Ifs. Stéphane, comme les Poilus, a défendu la Liberté. » Simon Abraham - Tendance Ouest


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique