•  

    Un article extrait du site L'Agriculteur Normand du 4 octobre 2017 : http://www.agriculteur-normand.com/actualites/ifs-du-sursis-pour-la-prison:YPEAI3M7.html

    Ifs : du sursis pour la prison ?

         Pour les responsables de la FDSEA, il ne s'agit pas de s'opposer aux développements des infrastructures. Xavier Hay, secrétaire général de la FDSEA 14, le rappelle. « La prison actuelle de l'agglomération caennaise est vétuste, nous ne remettons pas en cause sa nécessaire reconstruction. Mais, nous nous opposons fermement au projet d'utiliser encore des bonnes terres agricoles, alors même qu'il existe à une dizaine de kilomètres des friches industrielles ». Un des exploitants concernés par le projet connait bien la pression foncière pour la subir au quotidien.

    Incarcérat'IFS : la prison d'Ifs suite...

    - © HC

    Je perds mon outil de travail 


    Incarcérat'IFS : la prison d'Ifs suite...     Guillaume Patey, exploitant à Ifs est concerné par le projet. La pression foncière, il la connait bien. Installé en 2007, en 10 ans, il a déjà perdu 10 ha. Et les différents projets actuellement dans les tiroirs des collectivités laissent penser que la perte va se poursuivre. Le projet de prison d'Ifs concerne environ 16 ha de terres classées comme agricoles dans le PLU.
         Il le rappelle : « tous les céréaliers autour de Caen ne sont pas propriétaires, l'urbanisation met donc en danger leurs fermes qui rentrent dans la précarité... Et d'ajouter : on demande aux exploitants de faire des efforts toujours conséquents pour la protection de l'environnement,  mais personne n'est choqué quand le béton artificialise la terre». Son cas n'est malheureusement pas isolé. Quelques kilomètres plus loin, un exploitant, installé depuis plus longtemps, a perdu 50 ha tout au long de sa carrière.   Aujourd'hui, il continue de travailler mais il a pris soin de rencontrer un à un les habitants proches de ses terres pour expliquer la réalité du travail agricole (moisson, traitement...)
    « Pour éviter toute incompréhension, je traite la nuit ».
    « Artificialiser la terre est d'autant plus scandaleux quand on dénombre ces friches industrielles ou commerciales de l'agglomération, » souligne le secrétaire général de la FDSEA.

    Le verdict sera prononcé par le préfet 


         La commission s'est opposée à la proposition du cabinet d'étude visant à urbaniser des terres agricoles. Cette position a été suivie par la majorité des membres de la commission.  Sur la question du gaspillage des terres agricoles, les associations environnementales et les consommateurs ont souvent la même position que l'ensemble de la profession agricole.  Pour mémoire, la CDPENAF (commission départementale de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers) est la commission qui étudie et donne un avis avant chaque projet d'utilisation du foncier agricole. Généralement, l'avis est suivi par le Préfet qui a le dernier mot. Si aujourd'hui de plus en plus d'élus ont pris conscience que les terres agricoles ne sont pas extensibles, dans les faits, les friches industrielles ne sont pas l'option retenue. Leur dépollution coute cher, bien plus que le foncier agricole.
         « Ne pas s'occuper de ces zones industrielles laissées à l'abandon, c'est transmettre aux générations futures une dette. Les élus ont mieux à faire que de leur laisser un tel héritage, » s'indigne Patrice Lepainteur, représentant FDSEA à la CDPENAF. »
    L'Agriculteur Normand


    votre commentaire
  •  

    Un article extrait du site Tendance Ouest du 20 septembre 2017 : http://www.tendanceouest.com/actualite-244027-atelier-860-le-nouveau-centre-socio-culturel-d-ifs.html

    Atelier 860 : le nouveau centre socio culturel d'Ifs

    Les locaux du nouveau centre socio-culturel de Ifs. © Laëtitia Amichi

    « Moment fort à Ifs à Caen (Calvados) mercredi 20 septembre 2017 : le nouveau centre socio-culturel sera inauguré.

         Le nouveau centre socioculturel d'Ifs (Calvados) sera officiellement inauguré le mercredi 20 septembre 2017. L'Atelier 860, c'est son nom, a vocation à proposer des activités aux habitants : des ateliers culinaires parents/enfants par exemple. Des animations arts plastique, l'accès à l'informatique ou encore de la couture sont également proposés. Des annexes avec comme préoccupation l'emploi assureront également des permanences.

    Rencontre et convivialité

         L'idée et l'initiative du centre, impulsée par le maire Michel Patard-Legendre est de favoriser le lien sociétal et d'animer la vie locale. Lieu de rencontre et de convivialité, l'établissement a la la mixité sociale pour maitre mot. L'Atelier 860 est ouvert à tous (vacances scolaires comprises).

    Menu de l'inauguration

         Pour l'inauguration, une exposition photos et des animations ludiques et musicales sont programmées. Le projet Jeunes et la radio "Zone d'Ondes" animeront une émission diffusée en direct. Enfin, un bal musical pour petits et grands avec la compagnie "Bleu de Lune" clôturera l'événement en début de soirée. Cette journée dévoilera le programme des différentes activités proposées dans cet établissement.

    Pratique : Atelier 860. 860 rue du Chemin vert, à Ifs"

    T.O par Maxence Gorréguès


    votre commentaire
  • Commémorat'IFS : un livre sur les combats au sud de CaenUn article extrait du site Ouest-France du 14 août 2017 : http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/ifs-il-raconte-l-enfer-des-combats-au-sud-de-caen-5188343

    Il raconte l’enfer des combats au sud de Caen

    Commémorat'IFS : un livre sur les combats au sud de Caen Commémorat'IFS : un livre sur les combats au sud de Caen

    Dans son livre « L’enfer au sud de Caen », Didier Lodieu fait revivre les terribles combats vécus par les combattants des deux camps, notamment à Ifs autour du 20 juillet 1944. | Ouest-France

     

    Commémorat'IFS : un livre sur les combats au sud de Caen      « Spécialiste d’histoire militaire, Didier Lodieu plonge ses lecteurs dans L’enfer au sud de Caen, le quotidien des soldats engagés à Ifs et dans les communes environnantes, en juillet 1944.

         Originaire de l’Eure, Didier Lodieu se passionne pour l’histoire de la Bataille de Normandie. Après avoir collectionné, assidûment, des centaines d’objets et de témoignages, il s’est mis à écrire.

         Sorti en 2015 et consacré aux combats autour de Vaucelles, Saint-André-sur-Orne, Ifs, Fleury, Fontenay-le-Marmion ou encore Louvigny et May-sur-Orne, L’enfer au sud de Caen est l’un de ses 26 ouvrages sur le sujet.

         Attaché à « la dimension humaine de ce qu’ont vécu ces hommes », Didier Lodieu plonge ses lecteurs dans le quotidien des combattants des deux camps, qu’il a longuement interrogés.

         Son livre L’enfer au sud de Caen retrace l’histoire de la 272 Infanterie Division, créée à la fin de l’année 1943 avec les survivants d’une autre division. L’enfer au sud de Caen, 234 pages, 25 €. » OF


    votre commentaire
  •      Comme cet été est paisible et que peu d'événements sollicitent en ce moment l'attention, penchons-nous une fois de plus sur le passé avec cette carte postale montrant Ifs quand celui-ci n'était encore qu'un village dans la campagne normande... 

     

    Quand IFS était un village...

    Une vue assez rare (d'autant qu'il y a assez peu de cartes postales anciennes montrant Ifs) prise depuis sans doute la route de Falaise...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique