•  

    Adaptat'IFS : Un article et une photo extraits du site Ouest-France du 14 avril 2016 : http://www.ouest-france.fr/normandie/ifs-14123/la-passerelle-verte-soigne-la-maladie-par-le-travail-4165430

     La Passerelle verte soigne la maladie par le travail

    Adaptat'IFS : Coralie, entourée de Patricia Michel, monitrice d'atelier, et de Juan Iglesias, directeur de l'Esat, apprécie de travailler à l'Esat.

    « Ouvert depuis 2005, l'Établissement et service d'aide par le travail (Esat), La Passerelle verte, accueille uniquement des personnes en situation de handicap psychique ne pouvant pas travailler dans le monde professionnel ordinaire.
    Il est réparti sur deux sites : à Ifs, un atelier entretien d'espaces verts et des activités à caractère industriel (mise sous plis, encartage, conditionnement de divers documents) ; à Vaux-sur-Aure, des activités professionnelles agricoles. « C'est à la fois un établissement médico-social et une structure de mise au travail. L'établissement peut être considéré comme une entreprise », précise Juan Iglesias, directeur de l'Esat, La Passerelle verte.
    Travailler pour oublier
    L'Esat accueille 95 personnes, pour la plupart en temps partiel. « Mais le plus important, c'est qu'ils travaillent. Ici, ils oublient leur maladie. Ils s'obligent à se lever. Le travail les maintient à un niveau de santé égal », poursuit Juan Iglesias. L'Esat a pour mission de favoriser l'autonomie, l'insertion, ou la réinsertion sociale et professionnelle des personnes qui sont dans l'incapacité d'assurer un poste dans un milieu ordinaire de travail, à travers une activité effectuée dans un cadre rassurant. « On évalue la capacité des personnes, en lien avec la Maison départementale de personnes handicapées (MDPH), pour les aider à élaborer un projet professionnel. Elles ont un bulletin de salaire, et donc un statut. Si chaque travailleur est suivi, il reçoit des formations régulières comme tout salarié. »
    En travaillant, les usagers de l'Esat retrouvent de l'assurance et de l'estime de soi. « Je ne me vois pas sans travailler. Et le fait que nous soyons tous polyvalents permet de ne pas s'ennuyer », raconte Coralie, représentante des usagers de l'Esat. « En ce moment, je fabrique des présentoirs pour des magasins. Il faut aller vite, mais j'aime ce que je fais », ajoute Didier. « Les activités sont complémentaires. Je fabrique les cartons pour recevoir les paquets de feuilles. J'ai pris le rythme. Je suis content », explique Christian. Des ateliers informatiques, d'esthétisme, ou de gymnastique adaptée sont également proposés, « pour améliorer les aspects psychologique et relationnel de ces personnes souvent introverties, angoissées et seules », indique Juan Iglesias. » OF


    votre commentaire
  •  

    Human'IFS : R. CouanonUn article extrait du site Ouest-France du 12 avril 2016 : http://www.ouest-france.fr/normandie/ifs-14123/robert-couanon-humaniste-avant-tout-4161194

    Robert Couanon : « Humaniste avant tout »

    Human'IFS : R. CouanonHuman'IFS : R. Couanon

    Nécrologie 

         « Robert Couanon était une personne simple et très sensible. Un humaniste avant tout », décrit André Tailpied, ancien maire d'Ifs. Ensemble, en 1993, ils créent l'antenne locale de l'association Enfance et partage, dont Robert Couanon était le président.
    Originaire de La Courneuve (93), Robert Couanon s'installe à Ifs en 1964. Il devient chef du laboratoire des Carmes, à Caen. « Il voit alors défiler la misère humaine », explique l'ancien maire.
    Organisateur des foires aux greniers de la plaine, « il entassait, des vêtements et des médicaments dans le garage, qu'il collectait afin de les envoyer au Burkina Faso », raconte Pascal Couanon, son fils.
    Robert Couanon a également été conseiller municipal, aux côtés d'André Tailpied, entre 1989 et 1995, sous Jean Moulin (PS). « Très discret, il affichait rarement ses opinions en public. C'était le domaine de l'aide sociale qui l'intéressait », se souvient André Tailpied.
    Tombé malade en 2005, Robert Couanon, cesse alors ses activités au sein d'Enfance et partage.
    Pour ses obsèques, seront joués l'hymne des Restos du cœur et Lily de Pierre Perret. Des dons seront reversés à la Croix-Rouge. « Cela vous donne une idée du personnage », résume Pascal Couanon. »
    OF-Pauline STEFANINI.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires