•  

     Article et photo extraits du site Ouest-France / mardi 25 octobre 2011

    Emot'IFS Emot'IFSEmot'IFS

    Emot'IFSDes habitants d'Ifs Plaine en colère - Ifs

     « La polémique

     Samedi matin, une délégation des habitants et du conseil syndical de la résidence Les Jardins d'Ifs (120 appartements) s'est présentée à la mairie. Son but : remettre une pétition à Marcel Vasselin, commissaire enquêteur désigné afin d'établir « une enquête d'utilité publique conjointe préalable à la déclaration d'utilité publique, la mise en compatibilité du plan d'occupation des sols (POS) et d'une enquête parcellaire en vue du projet de renouvellement urbain communautaire à vocation d'habitat sur le quartier de la Plaine à Ifs ».

     L'enquête a été clôturée et signée ce samedi 22 octobre à midi alors que le syndicat aurait été averti de cette enquête, par courrier, le 14 octobre 2011 seulement, soit huit jours avant la clôture.

     Dans le cadre de ce projet, il est envisagé d'exproprier la copropriété d'une surface de 462 m 2 d'espaces verts pour y implanter un immeuble et d'ajouter une nouvelle rue qui viendrait « augmenter » les problèmes de circulation rue du Chemin-aux-Boeufs. « Comme ci cela ne suffisait pas, juste à la sortie de la résidence sur la droite, un nouvel arrêt de bus avec quai surélevé va être construit », ajoute Michel Joly.

     « Concertation »

     La résidence des Jardins d'Ifs a été conçue dans le souci de conserver un faible coefficient d'occupation des sols et de privilégier les espaces verts, « un atout incontestable pour les habitants de la copropriété ». De plus, « nous sommes très inquiets pour la sécurité de chacun et des très nombreux collégiens qui viennent chaque jour se nourrir dans les boulangeries du secteur ».

     Reprenant à la lettre les récents propos d'Alain Gruénais, maire adjoint (il affirmait « les habitants sont des citoyens, pas seulement des utilisateurs. Utiliser la concertation sur ce type de projet permet à chacun de vivre la ville comme sa ville, le projet comme son projet. »), les citoyens de la résidence Les Jardins d'Ifs espèrent être entendus. Ils souhaitent aussi que cette concertation tienne bien compte de leur volonté de vouloir conserver la verdure « qui se fait très rare dans ce quartier déjà très urbanisé ». Et que ce projet soit un peu leur projet. »

     http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Des-habitants-d-Ifs-Plaine-en-colere-_14341-avd-20111025-61541655_actuLocale.Htm

      _________________________________

     Article extrait du site Ouest-France / jeudi 27 octobre 2011

    Emot'IFSLe renouvellement urbain à la Plaine fait grincer des dents (suite)

      « La polémique

     Le renouvellement urbain du quartier nord-est de la Plaine, à Ifs, va entrer dans sa phase concrète très prochainement. Les premières démolitions devraient intervenir fin novembre. Ce qui ne manque pas de faire naître des inquiétudes parmi les riverains du quartier. Une délégation d'habitants est venue faire part de son mécontentement en mairie, samedi (Ouest-France de mardi). Les plus virulents sont les copropriétaires de la résidence des Jardins d'Ifs (120 appartements) : la copropriété se trouve amputée de 462 m 2 d'espaces verts pour qu'y soit construit un immeuble.

     Le syndicat de copropriété dit avoir été averti le 14 octobre seulement, alors que l'enquête publique s'est terminée le samedi 22 octobre. Faux, réplique la Ville : « Tous les propriétaires concernés ont reçu, avant le lancement de l'enquête publique, un courrier de l'Établissement public foncier de Normandie (EPFN) qui gère la procédure pour Caen-la-Mer. En l'occurrence, le syndic des Jardins d'Ifs a reçu un courrier fin août. De surcroît, il a été rencontré individuellement par Caen-la-Mer, comme tous les autres propriétaires concernés, pour leur exposer le projet en mai 2010. »

     La Ville d'Ifs ajoute qu'une réunion publique sur le sujet a eu lieu le 14 juin 2011 et qu'elle faisait suite à de nombreux rendez-vous similaires depuis le 28 octobre 2008, date du lancement de la concertation préalable. Les élus d'Ifs n'ont pas voulu entrer dans la polémique. « À ce stade, c'est le commissaire enquêteur qui est l'interlocuteur des habitants, estime Alain Gruénais, deuxième maire-adjoint d'Ifs et vice-président de Caen-la-Mer. Le problème, ici, c'est que le syndic n'a informé les habitants de la résidence qu'une semaine avant la fin de l'enquête publique. »

     « On est sur un projet qui vise à densifier l'habitat, re dynamiser le quartier, l'homogénéiser. Ça peut faire peur aux gens, reconnaît-on à la mairie. Mais c'est nécessaire. Et nous prévoyons aussi la création de liaisons douces arborées. » Caen-la-Mer et la Ville d'Ifs investissement 10,8 millions d'euros - avec le soutien de l'Anru (1,2 million d'€) et de la Région (2 millions d'€) - dans le renouvellement urbain de ce quartier qui est aussi une entrée d'agglomération. Environ 145 logements vont être créés chemin aux Bœufs, rue de Falaise et près de la rue du Chemin-Vert. Le projet prévoit aussi 890 m 2 de surface commerciale et 600 m 2 d'activité tertiaire, chemin aux Bœufs.

     Le commissaire enquêteur, qui étudiera tous les avis, a un mois pour rendre sa décision, soit jusqu'au 22 novembre. »

     http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Le-renouvellement-urbain-a-la-Plaine-fait-grincer-des-dents-_14341-avd-20111027-61555193_actuLocale.Htm

     ______________________________________________________

    Une réaction de monsieur Michel Joly, résident des Jardins d’Ifs, parue dans « maville.com » en date du 15/12/2011 :

     http://www.caen.maville.com/actu/actudet_-Les-elus-d-IFS-et-de-Caen-la-Mer-rencontrent-les-Habitants_47221-2062019_actu.Htm

    Construct'IFS et émot'IFS

    « Comme entendu lors de la dernière rencontre à la mairie d'Ifs le 21 novembre 2011, les élus d'Ifs et ceux de Caen la Mer se sont rendu à la résidence les Jardin d'Ifs mardi après midi à 14h00 pour rencontrer tous les résidents sur la partie qui doit être exproprié ( projet qui s'inscrit dans un projet de densification urbaine) au profit d'une résidence privée avec des commerces au rez de chaussé. M. Colin Sueur a expliqué rapidement sur le terrain la mise en œuvre du projet. La plus grande partie de ce rendez-vous a été consacrée à la projection du projet dans sa globalité et puis en détail. Cet exposé est resté très intéressant montrant bien, dans les moindres détails toutes les modifications du quartier. Cela a permis aussi de découvrir des aberrations dans le domaine de la sécurité routière si décriée depuis 15ans. Il est vrais que les initiateurs n'habiterons pas le quartier. M. Colin Sueur et ses techniciens ne sont pas venus les mains vides, ils avaient opéré quelques modifications, mais rien de très positifs à l'égard de l'inquiétude des résidents. Devant le scepticisme des habitants des jardins d'Ifs ils ont promis de revoir à nouveau leur copie et de donner un prochain rendez-vous à tous à la rentrée. » 

    _____________________________

    Emot'IFS

    Ce dossier est paru lors de la réunion publique du 14 juin 2011 :

     http://www.caenlamer.fr/iso_album/reunion-publique-14-juin-11ifs-plaine.pdf

    Concernant les modifications sur Ifs-Plaine, il est possible de consulter le site de la ville :

     http://www.ville-ifs.fr/ifs.php?rubrique=vie_locale&page=renovation_urbaine : 

    « Le Projet de Renouvellement Urbain d'IFS

      La Ville d’Ifs, la Communauté d’Agglomération Caen la mer, la Région Basse-Normandie, l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine, sont engagés dans un Projet de Renouvellement Urbain (PRU) du secteur Nord-Est du quartier de la Plaine. Ce projet vise à faire évoluer le tissu urbain de ce secteur afin de lui redonner une nouvelle attractivité.

    Un projet partenarial
    Le projet de rénovation urbaine représente près de 11 millions d’euros d’investissements pris en charge par les partenaires mobilisés sur ce projet :
    - Caen la mer = 33%,
    - Région Basse-Normandie = 15,3%,
    - Ville d’Ifs = 13%,
    - Agence Nationale de Rénovation Urbaine = 11,5%,
    - Union Européenne (FEDER) = 4%,
    - Etablissement Public Foncier de Normandie = 1%

    Un projet concerté

    Au-delà des nécessaires partenariats institutionnels, le PRU d’Ifs a fait l’objet d’une concertation poussée avec les habitants et acteurs du quartier. Des réunions publiques, des rencontres avec les commerçants, des réunions du Comité Consultatif de Quartier de la Plaine ont ainsi permis d’échanger sur ce projet et d’intégrer des demandes formulées par les ifois.

     Les principaux enjeux du PRU d'IFS

     Revaloriser l'entrée de ville et d'agglomération
    Le renouvellement urbain de ce secteur a pour but de reconquérir et de recomposer un tissu urbain aujourd’hui dégradé en entrée d’agglomération, au niveau de la frange nord-est du quartier de la Plaine, dans la continuité directe du quartier de la Guérinière et de la ZAC Claude Monet à Caen (réorganisation spatiale de l’activité économique en complémentarité avec les fonctions de la ZAC C. Monet, densification en logement, création d’équipements publics à l’interface entre la Ville d’IFS et la Ville de Caen).

    Ouvrir les quartiers voisins entre eux
    Il s’agit également de créer des continuités à l’échelle intercommunale en permettant notamment d’ouvrir les quartiers voisins entre eux, à l’échelle du Sud de l’agglomération : quartiers de la Guérinière, de la Grâce-de-Dieu sur Caen, quartier des Hauts de l’Orne sur Fleury-sur-Orne. Ainsi de nouvelles voies de desserte et la création de liaisons douces sont programmées.

    Conforter un cœur de quartier
    Le PRU vise également à restructurer le cœur de quartier de la Plaine afin de conforter et dynamiser le centre commercial de proximité des Jonquilles.

      Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les documents mis à votre disposition sur son site par la ville d'Ifs : http://www.ville-ifs.fr/ifs.php?rubrique=vie_locale&page=renovation_urbaine »

    dont celui-ci ci-dessous : http://www.ville-ifs.fr/upload/pru/plan_pru.jpg

     Emot'IFS 

    Construct'IFS et émot'IFS

    http://www.ville-ifs.fr/upload/pru/plan_ifs_plainene_pru2011.jpg

    Construct'IFS et émot'IFS

    Ci-dessus, réaménagement de la place des Jonquilles et de ses abords

     Emot'IFS

    Sur le site Ouest-France du vendredi 04 novembre 2011 :

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Les-premiers-travaux-de-demolition-vont-commencer-sur-la-Plaine-_14341-avd-20111104-61602863_actuLocale.Htm

     « Les premiers travaux de démolition vont commencer sur la Plaine

    Renouvellement urbain

    Le quartier Ifs Plaine est situé au nord de la commune, à l'ouest de la rue de Caen, face au quartier de la Guérinière, et au nord du périphérique. Le projet de renouvellement urbain (PRU) du secteur nord-est va passer dans sa phase active, après avoir fait l'objet d'une large concertation, notamment auprès du public ifois.

    Son réaménagement va permettre de le revaloriser, en participant au programme local de l'habitat (PLH), tout en améliorant la circulation et la sécurité du quartier. Ce grand projet est porté par la ville d'ifs, Caen-la-Mer avec le soutien de la Région et de l'Agence nationale de rénovation urbaine (Anru).

    Des démolitions nécessaires

    Avant de pouvoir renouveler les infrastructures de cette zone, il est nécessaire de procéder à quelques démolitions, car il n'y a pas que des terres en friches. Parmi les bâtiments qui seront détruits, on peut compter une dizaine de logements. Un arrangement à l'amiable avec les propriétaires et locataires a été l'un des premiers objectifs à atteindre.

    C'est l'EPFN (Établissement public foncier de Normandie) qui gère ces procédures pour éviter un recours aux expropriations. En contrepartie de ces pertes, 150 à 160 logements, donc 25 % de logements sociaux, verront le jour sur ce secteur dans les années à venir.

    Déménagement des entreprises

    Afin d'éviter aux entreprises deux déménagements (un dans un local provisoire, puis un sur le nouveau site commercial), c'est le principe de constructions-transfert-démolition qui a été adopté. Ainsi, la restructuration va se faire en plusieurs temps. Quand une structure sera terminée, les entreprises seront invitées à s'y installer, et seulement ensuite, les lieux commerciaux actuels seront détruits pour laisser place à autre chose.

    Premiers travaux dans quelques jours

    L'EPFN a engagé les travaux de désamiantage et de déconstruction de bâtiments qui ont été confiés à l'entreprise Leclerc Démolition. La préparation du chantier et le débroussaillage du terrain ont eu lieu durant la dernière semaine d'octobre. Le 14 novembre, l'entreprise commencera à désamianter et déplomber les bâtiments, puis à partir du 28 novembre, commenceront les démolitions par grignotage à la pelle. Ce projet de 11 millions d'euros est financé à 13 % par la ville. La fin prévisionnelle des travaux est fixée à 2020. »

    _________________________________

     Sur le site de Ouest-France / Archives du mardi 24-01-2012 :

     http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Apres-un-an-de-preparation-le-quartier-de-la-Plaine-en-chantier-_14341-avd-20120124-62113439_actuLocale.Htm

     Après un an de préparation, le quartier de la Plaine en chantier - Ifs

    Construct'IFS et émot'IFS

     Entretien :

     Jean-Baptiste Flichy, paysagiste et urbaniste, et Stéphane Buchon, maître d’œuvre en aménagement urbain.

     Combien de temps et comment avez-vous travaillé avant le début des travaux du quartier de la Plaine ?

     Nous avons travaillé pendant un an en commençant par un long diagnostic sur la vie du quartier, les déplacements, l'organisation actuelle des espaces.

     Nos deux cabinets d'études ont des compétences complémentaires, en conception et en réalisation technique. Nous avons aussi fait un bilan sanitaire de tous les arbres. Nous allons presque tous les conserver.

     La commune vous a demandé un grand travail de concertation avec la population ?

     Oui. A trois reprises, nous avons rencontré les habitants, les gens des écoles, les commerçants. Après avoir recueilli leurs avis et leurs remarques, nous avons à chaque fois fait des esquisses, parfois assez provocantes, pour les faire réagir. Ainsi, nous avions proposé la suppression du terrain de pétanque. Nous avons compris qu'il était un peu trop isolé du reste du quartier. En l'imbriquant mieux avec les autres espaces, il devient plus attractif.

     Pour refaire l'assainissement, la méthode est assez originale ?

     Il y a 700 mètres à refaire. Cela se fera sans tranchée, donc avec moins de nuisances. Il s'agira d'araser l'intérieur des vieilles canalisations avec un robot et ensuite de l'enduire d'une résine. C'est une technique qui ne coûte pas plus cher car on n'ouvre pas la voirie.

     Y a-t-il un aspect insertion dans ce chantier ?

     L'entreprise Eurovia, retenue pour les travaux de voirie, s'est engagée à assurer 550 heures d'insertion sociale et professionnelle. De plus, les espaces verts et le mobilier urbain seront assurés par des associations d'insertion.

     Quel est le calendrier du chantier ?

     Jusqu'au 3 février, nous sommes rue du Chemin-Vert. Du 6 février au 2 mars, ce sera au tour du carrefour entre le boulevard des Violettes et de la rue des Muguets. Puis du 5 au 31 mars, les entreprises interviendront place des Jonquilles et aux alentours. Enfin, du 2 avril au 5 mai, ce sera le boulevard des Violettes.

     Propos recueillis par Sébastien BRÊTEAU.

    ----------------------------------------

    Construct'IFS : renouvellement urbain à la PlaineConstruct'IFS : renouvellement urbain à la PlaineConstruct'IFS : renouvellement urbain à la Plaine


    1 commentaire
  •  Convuls'IFS  En 1775, un séisme secoue la Normandie.

    Sans doute, les habitants d’Ifs le ressentirent-ils. En tout cas, l’église du village voisin de Cormelles y perdit son clocher.

    Convuls'IFS1775, 30 décembre : « vers 10h40, s'est produit l'un des séismes les plus forts de Normandie et même du massif Armoricain (estimé d'une intensité 8) » qui dura environ 6 secondes. “ On entendit d’abord un bruit semblable à celui d’une nombreuse suite d’équipages qui aurait couru le pavé, ensuite toutes les tuiles remuaient sur les maisons ; après quoi, il vint deux violentes secousses qui abattirent un grand nombre de cheminées de la Ville de Caen, ainsi que beaucoup de tuiles ; Quantité de maisons ont été considérablement endommagée. » A Caen 20 maisons s'effondrent ; à l'église de Cormelles et dans les abbatiales de Barbery et d'Eterville, ainsi qu'à la Trinité de Caen, des cloches chutent. Le haut du clocher de Cormelles est renversé, ainsi que la contre table de l’église d’Eterville. Au cours d'une réplique le 1er janvier suivant, une maison, s'effondre à Hérouville. Le séisme du 30 décembre est ressenti jusqu'à Versailles. »

    http://www.cossmannia.fr/cossmann_cotentin1/tertiaire_cotentin/seisme/sismique.htm 

    Convuls'IFS« …, le 30 décembre 1775, nouvelle perturbation sismique, peu importante à Rouen, mais très sensible à Caen, et dans toute la Basse-Normandie. A 10 h. 32, on perçoit un bruit sourd, puis une première secousse qui dure deux secondes, suivie d’une autre, très violente, qui s’accélère et devient très violente, du Sud-Ouest au Nord-Est. De tous côtés, on signale alors les incidents habituels : tuiles enlevées, craquement des poutres, déplacement des meubles, cliquetis des vitres. Une pierre tombe de l’église Notre-Dame et fracasse le bras d’une femme ; une autre blesse un homme qui doit être trépané. Des ouvriers qui travaillent dans une carrière, à cent cinquante pieds de profondeur, près de l’abbaye de la Trinité, ressentent plus violemment la secousse. Un navire échoué sur la vase de la rivière glisse et s’abat, tandis que les bestiaux dans les prairies de Vaucelles s’enfuient apeurés.
    Le mouvement se prolonge dans toute la région : la tour de l’église d’Hérouville est endommagée ; celle de Cormelles est renversée ; la contretable de l’église d’Eterville est déplacée ; une maison à Cheux s’écroule ; de même, aussi, à Hérouville. A Saint-Lô, la secousse a été forte, ainsi qu’à Falaise ; elle est plus faible à Bayeux et à Alençon. D’après les observations des savants et ce que rapportent des pêcheurs, le centre du mouvement sismique aurait été en mer. Sur ce tremblement de terre, l’Académie de Rouen reçut une communication de Blondeau. »

    Extrait de : Les Tremblements de terre en Normandie par Georges Dubosc sur :

    http://www.bmlisieux.com/normandie/dubosc43.htm

    ... et on pourra relever d'autres séismes ayant ébranlé la région sur :

    http://www.cossmannia.fr/cossmann_cotentin1/tertiaire_cotentin/seisme/sismique.htm

    Convuls'IFS

    En matière de sismicité il existe un système rationnel  dit  MSK( MEDVEDEV/SPONHEUER/ KARNIK)   qui mesure l’intensité d’un tremblement de terre  .  Comme vous n’entendez parler sur les média que de l’échelle de  RICHTER  ou de celle de  MERCALI, je vous en présente  le tableau ci-dessous.

    Convuls'IFS--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    De nos jours, la commune d’Ifs est classée en « sismicité très faible mais non négligeable » soit 1A.

    Pour rappel, le territoire métropolitain est divisé en quatre zones : 0 : sismicité négligeable ; 1a : sismicité très faible mais non négligeable ; 1b : sismicité faible ; 2 : sismicité moyenne ; 3 : sismicité forte].


    votre commentaire
  • Sur le site de Caen-ma ville (http://www.caen.maville.com) on peut trouver cet article :

    http://www.caen.maville.com/actu/actudet_-Le-projet-d-un-parc-commercial-a-Ifs-relance-_loc-715898_actu.Htm

    Le projet d'un parc commercial à Ifs relancé

    Attract'IFS

    De gauche à droite : Jean-François Gruau, président du Leclerc d'Ifs ; Nelly Scelles, directrice adjointe de Normandie aménagement ; Alain Gruenais, 2e adjoint à Ifs ; Jean-Paul Gauchard, maire de la commune ; Emmanuel Le Roch, directeur de Bouygues immobilier projets commerciaux.

     Attract'IFS  "Un premier projet, de 13 600 m2, a échoué au printemps. Promoteur, municipalité et hypermarché Leclerc ont décidé de bâtir un nouveau dossier, différent.

    Ils l'avaient laissé entendre après un premier échec en mars. Cette fois, c'est sûr : le projet d'un parc commercial à Ifs, le long de la quatre-voies vers Falaise (et future A88), est relancé. « On repart, sur des bases différentes », résume Gilles Moreau, directeur de Normandie aménagement, outil de développement économique de l'agglomération. « On remet tout à plat », glisse Emmanuel Le Roch, directeur de Bouygues immobilier projets commerciaux. Comme le précédent, le dossier est porté par ce promoteur, avec l'hypermarché Leclerc et la ville d'Ifs.

    Rejeté par les commissions départementale et nationale d'équipement commercial, le projet ancienne formule comportait 13 600 m2 de surface de vente, dédiés à l'équipement de la personne. Ce n'est plus d'actualité. Mais l'enjeu demeure : « Moderniser, renforcer un pôle commercial déjà existant, qui a besoin de conforter son attractivité », décrit Gilles Moreau. Construit de l'autre côté de la quatre-voies, le Leclerc a investi 1,7 million d'euros dans un souterrain permettant aux piétons d'accéder au terrain où est envisagé le parc commercial. Ce dernier et l'hypermarché « formeront un seul pôle », explique Emmanuel Le Roch.

    Agé de 20 ans, cet hypermarché, de 5 500 m2, emploie 330 salariés. « Son seul agrandissement date de 2001. Des mètres carrés provenant d'une ex-Foir'fouille nous appartenant, note Jean-François Gruau, président du Leclerc d'Ifs. La rénovation légitime de Côte-de-Nacre a été accordée par la CDEC. Mais Carrefour d'Hérouville veut aussi s'agrandir ; Champion, à Courseulles, ou encore Hyper U, à Douvres, se développent. Pendant ce temps, depuis vingt ans, le Sud de Caen n'a rien eu. » Harley Davidson ou Fiat, certains commerçants l'ont quitté. « Cela se vide tranquillement », avertit Jean-François Gruau. Au Leclerc, le nombre de clients « baisse depuis trois ans ».

    « Projet urbain »

    Cora à Rots, Carrefour Côte-de-Nacre et Rives de l'Orne à Caen (autorisés par la CDEC), Ikea à Fleury, Carrefour Hérouville ou encore Rives de l'Odon à Verson (examinés sous peu)... Les projets commerciaux fleurissent dans la région caennaise. Reste-t-il de la place pour celui d'Ifs ? « Oui », souligne Gilles Moreau. Dès son lancement, la zone d'activités Object'Ifs Sud était définie pour accueillir « de la logistique, mais aussi du commerce ».

    La volonté « n'est pas de surajouter à l'offre commerciale surabondante dans l'agglo avec tous ces projets en cours, reprend Jean-Paul Gauchard, nouveau maire d'Ifs. Notre dossier s'inscrit dans un projet urbain. Ifs, 3e commune de l'agglo, mérite d'avoir un pôle fort. Il s'agit aussi de requalifier l'entrée de ville, la porte sud de l'agglo. Elle ne doit être ni négligée, ni oubliée. » Jean-François Gruau rebondit : « Ikea m'a fait une proposition. Mais je défends Ifs, la commune où je me suis installé. »

    Pas de nom d'enseigne pour l'heure, ni de superficie arrêtée. Ces points seront définis d'ici trois à six mois. « On n'est pas dans une logique de course au mètre carré. Il faut calibrer les besoins, y répondre, voir les enseignes intéressées. Pour l'instant, les consommateurs ont au Leclerc une réponse alimentaire, mais c'est tout. » Les enseignes pourraient donc être de secteurs « variés ». Avec une autre priorité : le développement durable."

    Virginie JAMIN. Ouest-France  

    Article et photo Ouest-France/Caen-ma ville

    http://www.caen.maville.com/actu/actudet_-Le-projet-d-un-parc-commercial-a-Ifs-relance-_loc-715898_actu.Htm

    -----------------------------------------------------------------------------------------------

     

    PETIT RAPPEL SUR OBJECT’IFS SUD (2009)

    « Le parc logistique d’Object’Ifs Sud (106 ha), en bordure du périphérique sud et à quelques minutes du centre ville de Caen (Calvados – Basse-Normandie), accueille déjà une quarantaine d’entreprises logistiques. Il continue de s’étendre.

    Sur la partie ouest, le long de la future A 88, une zone de 16 ha a été isolée pour accueillir un projet commercial et tertiaire. Normandie Aménagement (le concessionnaire pour Caen la mer), Bouygues Immobilier (le promoteur), la ville d’Ifs et l’hypermarché Leclerc planchent sur le dossier, tandis que des fouilles archéologiques s’achèvent sur le terrain. L’objectif est de moderniser et renforcer le pôle commercial existant, pour desservir les zones d’habitation d’Ifs Bras, et de valoriser l’entrée sud de l’agglomération par un élément architectural fort.

    Au sud, séparée des quartiers d’Ifs Bras par une haie paysagère, une zone de 10 ha sera bientôt découpée en parcelles (5 000 m² minimum) pour accueillir de nouvelles entreprises de logistique. Des parcelles plus petites seront proposées à la location et à la vente sur une zone de 1,9 ha commercialisée par Concept-Ty. Le promoteur breton (CA : 5,6 millions d’euros) est spécialisé dans l’immobilier d’entreprise. En 2008, il construisait déjà à Verson un village d’entreprises baptisé « Cap Atlantique ». Celui-ci s’étendra prochainement de 3 000m². Le même concept est développé à Ifs sur 5 600 m², sous le nom d’« Atlantis » : quatre bâtiments seront construits et découpés par tranches de 200 m² à 800 m² pour accueillir des artisans ou PME industrielles. Ils disposeront d’une vitrine pour un show room ou un magasin, d’espaces bureaux, de zones d’atelier ou de stockage, d’emplacements de parkings… Le chantier est en cours ; les premiers occupants sont attendus pour la fin de l’année 2009.

    Au nord de la zone Object’Ifs Sud, une dernière zone vierge est destinée à un pôle de restauration et d’hôtellerie.

    Projet de village d’entreprises « Atlantis » sur Object’Ifs Sud.

    Source : Sillage n°22 Avril 2009 – Journal de Caen la mer »

    Trouvé sur http://actus.calvados-strategie.com/recherche-detail.php?actu_id=1343


    votre commentaire
  • Coercit'IFS Durant l’occupation de la France, il est arrivé à plusieurs reprises que des sabotages aient lieu sur des câbles téléphoniques dont ceux de la rue de Falaise à Caen.

    Dans la nuit du 30/31 mars 1941 : Un câble est coupé à l'entrée de la ville de Caen, route de Falaise sur la commune d'Ifs.

    Le 3 avril 1941 à 12h00 : mise en place d'un tour de garde de 16 postes sur la route de Falaise suite à la coupure d'un câble dans la nuit du 30 au 31 mars.

    Coercit'IFShttp://les-sanglots-longs-des-violons.eklablog.com/

    Le 5 avril 1941 : Le maire d'Ifs propose que ses administrés participent à la garde des câbles route de Falaise.

    Coercit'IFS

    http://les-sanglots-longs-des-violons.eklablog.com/

    Le 1er mars 1942, on signale un sabotage de câbles téléphoniques route de Caen à Ifs. En représailles, le 6 mars, un service de garde de nuit est prescrit à la population de Caen et d'Ifs. La mesure sera levée le 10 mars.

    Coercit'IFShttp://sgmcaen.free.fr/chronique-occupation.htm

    http://les-sanglots-longs-des-violons.eklablog.com/

     « Des câbles ont été coupés, un service de garde est institué

    Le maire de Caen a le regret d’informer la population qu’il vient de recevoir de M le Feldcommandant la lettre suivante en date du 4 mars :

    « Le 1er mars, trois câbles de la Luftwaffe ont été coupés sur la route de Caen à Falaise. Il résulte des enquêtes qu’il s’agit d’un sabotage.

    J’ordonne que vingt-quatre postes de garde – vingt de la ville de Caen et quatre de la commune d’Ifs – soient placés quotidiennement, à partir du 6 mars, de vingt heures à sept heures du matin selon les indications de la Kreigkommandantur, c’est-à-dire douze au nord de la coupure et douze au sud d’elle.

    Chaque garde est garant de l’intégrité du câble de la région. Qui ne remplit pas ses devoirs sera puni et qui les négligent intentionnellement sera fusillé.

    Des listes portant les noms des gardes, les heures de leur service et leur emplacement sont à adresser à la Kreigkommandantur.

    Si les actes de sabotage se répètent – après le dernier du 7 juillet 1941, il n’y en avait plus eu de coupé – des sanctions plus sévères vous seront infligées. »

    En conséquence, le maire porte à la connaissance de ses administrés, les déclarations suivantes applicables à partir du vendredi 6 mars, à 20 heures :

    SERVICE DE GARDE

    1. Tous les hommes valides de 18 à 58 ans recevront, à tour de rôle, l’ordre d’avoir à assurer le service de garde nécessaire pour la surveillance des câbles.

    2. La désignation des hommes de garde sera faite dans l’ordre alphabétique, sans distinction de rues, ni d’obligations professionnelles, l’âge et l’état civil entrant seuls en ligne de compte. L’établissement des listes de gardes sera faite à partir de la lettre E, à la suite d’un tirage au sort auquel il vient d’être procédé.

    Les heures de garde quotidienne seront les suivantes : de 20 heures à 23 heures ; de 23 heures à 1 heure ; de 1 heure à 4 heures et de 4 heures à 7 heures.

    3. Au cas où le requis ne se présenterait pas pour prendre la garde qui lui a été assignée, des pénalités immédiates seraient prises contre lui, sans préjudice des sanctions infligées par la cour martiale allemande. Caen, le 5 mars 1942 ; le maire : Henri Detolle »


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires